Crash du Sinaï : la maintenance de l'appareil en question

le
0
La cloison étanche, maintenant la pressurisation dans la cabine, se trouve au niveau de l'empennage arrière.
La cloison étanche, maintenant la pressurisation dans la cabine, se trouve au niveau de l'empennage arrière.

Les accidents aériens où les avions se désintègrent en vol à la suite d'une défaillance structurelle sont relativement rares. Après les accidents des Comet des années cinquante, les constructeurs ont pris des mesures pour éviter de tels drames. Reste la qualité de réparations après un incident grave touchant à la structure de l'appareil.

Un cas d'école dans cette catégorie est apporté par le crash du Boeing 747 de Japan Airlines qui s'était désintégré en vol le 12 juin 1985 dans les montagnes au nord de Tokyo, causant 520 morts. Les enregistreurs de vol et les contacts radio avec l'équipage avant le crash ont montré qu'une explosion s'est produite à l'arrière de l'appareil au niveau de l'empennage vertical qui a été arraché. En jouant sur la puissance des moteurs, les pilotes ont réussi dans un premier temps à garder un minimum de contrôle du Boeing qui s'est finalement écrasé sur le relief.

L'enquête technique s'est intéressée à la cloison étanche qui sépare la partie arrière de la cabine pressurisée du reste du fuselage de l'avion. Lors d'un précédent accident où la queue avait touché violemment la piste au cours d'un décollage (tailstrike), à Itami le 2 juin 1978, la cloison étanche avait été endommagée. Les réparations, incomplètes, ne respectaient pas la procédure de Boeing. Le constructeur demandait de fixer une pièce avec une double rangée de rivets. Les techniciens japonais avaient utilisé à...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant