Crash du MH17 en Ukraine : l'ONU demande l'arrêt des combats près du site

le
1
Crash du MH17 en Ukraine : l'ONU demande l'arrêt des combats près du site
Crash du MH17 en Ukraine : l'ONU demande l'arrêt des combats près du site

Pour la quatrième journée d'affilée, les enquêteurs de police néerlandais et australiens, non armés, n'arrivent pas à accéder au site du crash du vol MH17, où des corps et effets personnels des victimes et débris d'avion se trouvent encore, en raison des combats entre l'armée ukrainienne et les séparatistes prorusses.

Aussi, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a demandé aux forces ukrainiennes et aux séparatistes dans l'est de l'Ukraine de «cesser immédiatement» les combats aux abords du site près du site du crash du vol MH17, selon son porte-parole Stéphane Dujarric.

La police néerlandaise a estimé mercredi qu'elle voyait peu de chances d'accéder dans les prochains jours au site du crash de l'avion malaisien dans l'est de l'Ukraine. Le chef de la mission, Pieter-Jaap Aalbersberg, a indiqué en outre que 68 experts et policiers malaisiens étaient attendus jeudi à Kiev pour rejoindre le groupe international dépêché après le drame.

Isoler et affamer les séparatistes

Sur le terrain, les forces ukrainiennes ont continué à regagner du terrain et annoncé avoir repris aux séparatistes la ville d'Avdiivka, à une dizaine de kilomètres de Donetsk, principale place forte de la rébellion. Les combats à Gorlivka, autre ville proche de Donetsk, ont fait cinq morts au cours des dernières 24 heures, selon l'agence Interfax.

Les forces ukrainiennes cherchent à isoler les insurgés, retranchés essentiellement dans une zone située entre les villes de Donetsk et de Lougansk proche de la frontière. «S'ils se trouvent coupés des approvisionnements en denrées alimentaires, ce qui va bientôt se produire, ils devront abandonner leurs armes et partir», a indiqué le porte-parole de l'état-major ukrainien, Andriï Lyssenko.

Des observateurs de l'OSCE à la frontière russo-ukrainienne

A la demande de Moscou, 16 observateurs de l'OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) ont entamé ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Berg690 le mercredi 30 juil 2014 à 20:42

    Une autre chose de bizarre, les fleurs sur les débris. Le site est inaccessible aux enquêteurs car sous le feux et les séparatistes affirment contrôler ce site, alors qui ment ? Comment se fait-il que des familles ont pu déposer des fleurs,