Crash de Smolensk en 2010 : la Pologne accuse la Russie d'avoir tué son président

le
2
Crash de Smolensk en 2010 : la Pologne accuse la Russie d'avoir tué son président
Crash de Smolensk en 2010 : la Pologne accuse la Russie d'avoir tué son président

La Pologne accuse directement la Russie d'avoir fomenté un attentat dans lequel son président est mort en 2010. Le ministre polonais de la Défense, Antoni Macierewicz, a relancé sa thèse d'un acte «terroriste» russe concernant la catastrophe aérienne de Smolensk (Russie), où ont été tués le président Lech Kaczynski et près d'une centaine de membres de la délégation officielle.

«Après Smolensk, nous pouvons dire que nous avons été la première grande victime du terrorisme dans le conflit qui se joue devant nos yeux», a dit Antoni Macierewicz, lors d'une conférence donnée samedi dans une université ultracatholique à Torun. Il a affirmé que la catastrophe de Smolensk s'est produite en réaction à la demande de la Pologne, en 2009, de qualifier de «génocide» le massacre de milliers d'officiers polonais à Katyn (Russie), en 1940, par la police politique de Staline, dirigeant de l'URSS (Union des républiques socialistes soviétiques).

VIDEO. Faits et contexte du crash de Smolensk en 2010

«A peine six mois plus tard, nous avons vu la tentative de soulever cette question provoquer une réaction que le monde contemporain ne pouvait imaginer. Une réaction qui a entraîné la mort de toute l'élite polonaise, tout simplement la mort de la délégation polonaise en vol vers Katyn, au-dessus de Smolensk», a poursuivi le ministre de la Défense. Le «terrorisme» est «une création de la pensée socialiste-soviétique, qui n'a pas existé dans l'histoire du monde occidental et chrétien», a-t-il poursuivi, ajoutant qu'«il n'y a aucun doute quant au fait que ce qui s'est passé au dessus de Smolensk avait pour but de priver la Pologne de sa direction qui menait notre nation vers l'indépendance».

«Si le ministre de la Défense accuse d'une certaine manière un Etat de terrorisme, on ne peut qu'être effaré, car on ne laisse pas les actes terroristes sans réponse», a réagi Rafal Trzaskowski, député de la Plateforme ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • delapor4 il y a 9 mois

    Ces incessantes mises en accusation de la Russie pour des motifs même parfois complètement farfelus sont odieuses et ne font pas honneur à ceux qui les profèrent.

  • charleco il y a 9 mois

    Les polonais sont aveuglés par la haine de la Russie. En fait, le pilote a été contraint d'obéir (pilote militaire avec équipage de généraux). Leur orgueil leur a interdit de faire demi-tour et d'aller se poser ailleurs.