Crash de San Francisco : une troisième victime a succombé à ses blessures

le
0
Crash de San Francisco : une troisième victime a succombé à ses blessures
Crash de San Francisco : une troisième victime a succombé à ses blessures

Une semaine après le crash du vol Asiana 214 à San Francisco, le bilan s'est alourdi à trois morts, une mineure, alors que la police a confirmé que l'une des deux adolescentes décédées le jour de l'accident avait été écrasée par un camion de pompiers.

«Une mineure qui avait été blessée dans l'accident d'Asiana Airlines est morte ce matin. Il s'agit d'une fille, qui était dans un état critique et qui est morte des suites de ses blessures», a précisé vendredi le San Francisco General Hospital (SFGH) dans un communiqué. «Les parents nous ont demandé de ne pas donner d'informations supplémentaires (sur la victime) pour le moment,» a ajouté l'établissement.

Le crash à l'atterrissage du vol Asiana 214, le 6 juillet, avait déjà coûté la vie à deux adolescentes chinoises. Sur les 307 personnes à bord, 181 ont été blessées et 123 sont sorties indemnes. «Six personnes sont toujours hospitalisées (au SFGH), un mineur et cinq adultes. Deux des adultes sont dans un état critique», a précisé l'hôpital.

Une adolescente écrasée par un camion de pompiers

Un peu plus tôt dans la journée, la police de San Francisco (SFPD) a confirmé que l'une des deux adolescentes décédées le jour du crash avait été écrasée par un camion de pompiers pendant les opérations de secours. L'une des deux adolescentes «a été écrasée au moins une fois par un camion de pompiers», a déclaré Albie Esparza, porte-parole du SFPD. Les pompiers de San Francisco, qui étaient intervenus sur le tarmac pour éteindre l'incendie de l'avion après le crash, avaient informé la police de la «possibilité» que l'un de leurs camions ait écrasé une victime.

Une enquête avait immédiatement été ouverte par le SFPD. «Les camions combattaient les flammes avec une mousse anti-incendie, a précisé M. Esparza. «Apparemment, ils ont couvert le sol de cette mousse blanche, et on pense que la victime était par terre, recouverte (par la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant