Crash de San Francisco : les avions gagnent en sécurité

le
0
Airbus et Boeing ont misé sur l'électronique et le High Tech pour réduire les risques d'accident. Mais ces progrès n'évitent pas aux pilotes de commettre des erreurs.

«Il y a trente ans, l'avion qui a raté son atterrissage à San Francisco, aurait certainement explosé à l'impact», assure un expert aéronautique. Ce scénario a pu être évité parce que les constructeurs étudient depuis des années les conséquences d'un accident sur le fuselage de l'avion. Ils disposent d'ordinateurs et de logiciels de plus en plus puissants pour analyser les cas de figure les plus variés.

Car les normes de sécurité sont strictes dans l'aéronautique. «Les principales batteries de tests sont les mêmes en 1970 et en 2013. Mais elles sont de plus en plus nombreuses et plus contraignantes», résume Ali Rekik, associé chez Roland Berger en aéronautique et en défense. Il faut, par exemple, être capable d'évacuer les passagers d'un avion en moins de 90 secondes pour éviter le pire. Ca...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant