Crash de l'A320 : que s'est-il vraiment passé lors des huit dernières minutes du vol ?

le
2
Avant l'accident, le vol de l'A320 s'était passé comme prévu.
Avant l'accident, le vol de l'A320 s'était passé comme prévu.

L'avion décolle mardi à 10 heures de Barcelone, avec trente minutes de retard. Classique pour un aéroport aussi encombré que celui de la capitale de la Catalogne. Puis il reste en montée au-dessus de la Méditerranée. Si la cabine est quasiment complète avec 144 passagers, l'A320 est léger. Il peut voler pendant six heures avec le plein d'essence. Ce jour-là, il n'a que deux heures de carburant et quelques réserves pour rallier Düsseldorf. L'Airbus arrive donc rapidement à son niveau de croisière. Comme c'est la règle dans toutes les compagnies, l'avion vole sous pilote automatique. Le niveau 380, affiché sur le bandeau de la planche de bord, est programmé comme altitude de rétablissement. Cela correspond à 12 600 mètres. La côte française est visible et l'avion va passer entre Marseille et Toulon, au niveau de La Ciotat. À 10 h 30, Marseille-Contrôle valide la route demandée au plan de vol. "Direct IRMAR Merci 18G", répond l'équipage à la radio qui vérifie le cap. Par ce message, le vol Germanwings confirme au centre de contrôle qui gère le grand Sud-Est le prochain point de report. "Les commandes sont à toi" Comme tout va bien, que la météo dehors peut être qualifiée de "temps de curé", sans nuage, orage ou turbulence, le commandant de bord décide d'effectuer le briefing d'arrivée à Düsseldorf. Il connaît déjà les dernières données météorologiques. Du dossier que l'agent d'escale lui a remis à Barcelone, il sort les Notams,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jean-648 le vendredi 27 mar 2015 à 10:27

    J'ai lu hier sur un site quelqu'un qui écrivit " avec Marine le Pen cela ne serait pas arrivé" Je crois que ce n'est pas que le copilote qui était f..ou

  • janaliz le jeudi 26 mar 2015 à 18:36

    149 personnes condamnées à mort par la volonté d'un déséquilibré. Voilà la triste réalité, bien qu'il faille attendre les conclusions définitives concernant cette hypothèse.