Crash de l'A320 : que peut-on attendre de la deuxième boîte noire ?

le
0
Si le BEA parvient à extraire les données du vol 4U9525, on saura plus précisément ce qui s'est passé dans le cockpit de l'Airbus.
Si le BEA parvient à extraire les données du vol 4U9525, on saura plus précisément ce qui s'est passé dans le cockpit de l'Airbus.

La boîte noire que François Hollande croyait avoir identifiée, mais sans son contenu, dès le lendemain de l'accident a finalement été retrouvée. Cet enregistreur des paramètres va être acheminé au Bourget au Bureau d'enquêtes et d'analyses pour la sécurité de l'aviation civile, qui va d'abord examiner son état après le crash d'une violence inouïe. Il faut s'assurer que les paramètres stockés sur les mémoires informatiques sont accessibles. Si ce n'est pas le cas, tout n'est peut-être pas perdu et le constructeur de l'enregistreur de vol, voire celui des composants électroniques, arrive parfois à extraire les données.

La dernière génération d'enregistreur de vol FDR (Flight Data Recorder) installée sur les Airbus A320 saisit 1 268 paramètres à la seconde. L'avion de Germanwings, qui fut un des premiers A320 livrés à Lufthansa, est moins sophistiqué, mais donne quand même de très nombreuses informations sur la trajectoire de l'avion, le fonctionnement des moteurs et de tous les autres systèmes, les actions des pilotes (celui en place gauche et celui en place droite), etc.

On sait que l'autre boîte noire, l'enregistreur vocal (CVR), a été retrouvée le jour même de l'accident et lue le lendemain, révélant le dramatique scénario du suicide du copilote Andreas Lubitz, entraînant la mort de 149 autres personnes.

Détails

La lecture du FDR peut néanmoins apporter quelques précisions. Un doute sera d'abord levé, celui d'une...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant