Crash de l'A320 : comment fonctionne un cockpit ?

le
0
Depuis les attentats de septembre 2001, les cockpits des avions de ligne de plus de cinquante sièges doivent être inaccessibles pendant le vol.
Depuis les attentats de septembre 2001, les cockpits des avions de ligne de plus de cinquante sièges doivent être inaccessibles pendant le vol.

Après un début de vol apparemment habituel, un des deux pilotes de l'Airbus A320 de la compagnie Germanwings qui s'est écrasé mardi dans les Alpes a quitté le cockpit et n'a pas pu y retourner, selon les enregistrements sonores récupérés par les enquêteurs, a indiqué au New York Times une source proche de l'enquête. Comment a-t-il pu se retrouver coincé à l'extérieur ? Le deuxième pilote a-t-il pu s'y enfermer volontairement ? Éléments de réponse.

Depuis les attentats de septembre 2001, les cockpits des avions de ligne de plus de cinquante sièges doivent être inaccessibles pendant le vol. Au départ, seul le territoire américain appliquait cette exigence. Puis, à partir du 1er novembre 2003, l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI), qui compte 187 États membres, a elle aussi décidé de rendre cette règle obligatoire.

Désormais, la porte du cockpit doit être blindée, tout comme les cloisons voisines. La porte doit rester fermée durant le vol. Seuls les pilotes peuvent l'ouvrir de l'intérieur par une commande implantée sur la planche de bord. Ils disposent d'une vidéo leur permettant d'identifier sur un écran quelle(s) personne(s) demande(nt) l'accès au cockpit. L'objectif de la caméra est suffisamment large pour voir si une seule personne se présente ou plusieurs.

Le pilote peut interdire l'ouverture avec un verrou classique

À l'extérieur du cockpit, un digicode permet de demander l'ouverture de la porte....

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant