Crash d'Air Algérie en 2014 : la copilote était aussi puéricultrice en crèche

le
0
Crash d'Air Algérie en 2014 : la copilote était aussi puéricultrice en crèche
Crash d'Air Algérie en 2014 : la copilote était aussi puéricultrice en crèche

Selon de nouveaux éléments de l'enquête sur le crash du vol AH-5017 Air Algérie au Mali, en 2014, révélés ce vendredi matin par leFigaro.fr. la copilote était également puéricultrice. Une fonction qu'elle assurait parallèlement à sa carrière de copilote.  

Les proches des 54 Français victimes de l'accident, soit une centaine de personnes, ont été reçus au palais de justice de Paris par les juges, en charge de l'enquête. Un moment crucial pour ces familles qui attendent toujours des précisions sur les circonstances du crash et ce, même si les magistrats ont affirmé que l'instruction, ouverte en France le 29 juillet, cinq jours après le crash, n'était pas terminée.

C'est ainsi que les familles ont appris que la copilote était puéricultrice le reste de l'année. Une information inattendue qui en a interloqué quelques uns car elle soulève bien évidemment la question de la fiabilité des pilotes. Avant de reprendre les commandes d'un avion, ils sont obligés de suivre un nouvel entraînement lorsqu'ils ont été appelés durant des mois à d'autres fonctions. Mais quelle en est l'efficacité ? 

Une série d'erreurs dramatiques

En juillet dernier, la cause principale de l'accident évoquée était la non-activation du système d'antigivre des sondes moteur alors même que la température extérieure et la zone humide traversée requéraient sa mise en service selon les magistrats instructeurs. Une conclusion, quelques mois plus tôt, tirée par le Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA).

C'est ce qui aurait entraîné une baisse importante de poussée des moteurs, la sonde moteur ayant envoyé de fausses informations car elle était bouchée par le givre. Et les pilotes du AH 5017 n'ont rien décelé. A 1 heure 45, la vitesse était au-dessous des marges de sécurité. Pour ne pas descendre, l'avion a donné de l'incidence à l'aile, s'est cabré avant d'arriver à un décrochage.

Autre erreur :  le pilote a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant