Covoiturage : 100 000 euros d'amende requis contre l'américain Uber

le
2
Covoiturage : 100 000 euros d'amende requis contre l'américain Uber
Covoiturage : 100 000 euros d'amende requis contre l'américain Uber

La facture pourrait être salée pour Uber. Le parquet a requis ce mercredi une amende de 100 000 euros à l'encontre de la filiale française de Uber. La société américaine était poursuivie devant le tribunal correctionnel de Paris pour avoir présenté comme du covoiturage une offre payante de transport de particuliers.

Parallèlement à son offre de véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC), dont il est le leader mondial, Uber avait lancé à Paris, début février, une offre dite UberPOP. Elle propose à des particuliers d'être transportés vers la destination de leur choix par d'autres particuliers non professionnels.

Fin avril, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) avait saisi le procureur de la République de Paris afin d'engager des poursuites pour «pratiques commerciales trompeuses».

«L'enjeu : faire cesser ce type de pratiques»

Outre l'amende, la procureure, Fanny Huboux, a requis l'interdiction de pratiquer la promotion commerciale de ce service pendant cinq ans sur le territoire français. «L'enjeu, pour le parquet, (...) c'est de faire cesser ce type de pratiques», qui pourraient «complètement déséquilibrer le marché».

VIDEO. Transports: les taxis face à la concurrence... des particuliers

Transports: les taxis face à la concurrence..... par leparisien

L'Union nationale des taxis (UNT) et la Chambre syndicale des loueurs d'automobile (CSLA) s'étaient constituées partie civile. Leurs conseils ont souligné que le coût de chaque trajet était défini par une tarification standard au kilomètre et à la minute, avec un montant minimum de 4 euros, ce qui ne pouvait s'apparenter à du covoiturage.

Ils ont aussi relevé qu'UberPOP proposait, dans sa communication, «un complément de revenus pour des personnes déjà en activité». Or, la Cour de cassation a considéré, dans un arrêt rendu en mars 2013, que le covoiturage ne pouvait pas donner ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2473957 le mercredi 9 juil 2014 à 22:33

    A mort les taxis et surtout les sociétés type g7... Il faut tuer ces monopoles comme tous les numerus clausus! Ça maintient des médecins incompétents ou ça spécule sur des licences façons pyramide de ponzi...

  • dlabore le mercredi 9 juil 2014 à 19:11

    MEME avec ca les taxis sont mort le libre concurrence doit etre partout