Couverture 4G : le PDG d'Orange tacle Free et Xavier Niel

le
0
Couverture 4G : le PDG d'Orange tacle Free et Xavier Niel
Couverture 4G : le PDG d'Orange tacle Free et Xavier Niel

Le sujet est sensible, au coeur de la guerre entre les différents opérateurs de téléphonie mobile. Le PDG dOrange Stéphane Richard a vivement critiqué le comportement de Xavier Niel, le patron de Free, dans un entretien publié sur le site du «Figaro» lundi soir.

«Xavier Niel est le roi de l'embrouille. Free Mobile ne dispose que de très peu de fréquences et d'antennes, si on le compare à ses concurrents. Même en accélérant son déploiement, il ne pourra en aucun cas prétendre disposer d'une couverture nationale en 4G par ses moyens propres».

Stéphane Richard annonce par ailleurs que Sosh, la filiale low cost d'Orange, va proposer en janvier une offre 4G alors que Free propose ce service depuis le 3 décembre au prix de la 3G, (à partir de 15,99? dans certains cas*). La 4G permet d'accéder à internet depuis un appareil portable avec des débits comparables à ceux offerts par la fibre optique, en janvier. Bouygues Telecom inclut, également sans surcoût, la 4G dans les forfaits de sa filiale à bas coûts B&YOU.

Dernier entré sur le marché français du téléphone, Free souffre d'un réseau insuffisamment développé qui l'oblige à recourir aux services de son concurrent Orange pour acheminer son trafic en 3G. Mais il estime que les investissements consentis sur son propre réseau 4G lui permettent désormais de faire cette offre.

Free affirme posséder plus de 700 relais pour diffuser la 4G, ce qui rend ses services accessibles dans «plus de 1 000 communes». Ce réseau va croître rapidement avec la mise en place de plusieurs centaines de nouveaux sites 4G «dans les prochaines semaines», selon Free.

Pour Stéphane Richard, cela «signifie que pour obtenir une couverture digne de ce nom dans les semaines à venir, il faudra (que Free, Ndlr) s'appuie forcément sur un accord d'itinérance ou de mutualisation avec l'un des ses concurrents». «Orange peut très bien se passer de l'accord d'itinérance, mais ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant