Coûteux déchets agricoles sur les routes

le , mis à jour à 09:16
6
Coûteux déchets agricoles sur les routes
Coûteux déchets agricoles sur les routes

La crise agricole couve toujours et, la semaine dernière, les agriculteurs bretons ont recommencé quelques actions pour dénoncer les difficultés rencontrées par la profession. Il y a déjà plus de quatre mois, ils avaient exprimé leur colère en allumant des feux de pneus et en déversant des tas de détritus sur les routes et les ronds-points de la région.

 

Alors que la saison touristique va débuter, ces déchets sont parfois toujours présents aux abords des routes. La Direction interdépartementale des routes de l’Ouest, qui a porté plainte contre X, avait estimé leur nombre à plus de 10 000 t uniquement sur le réseau routier national. Il en resterait aujourd’hui encore près de 4 400 t qui n’auraient pas été collectées en Ille-et-Vilaine mais surtout dans le Finistère et les Côtes-d’Armor. Pourquoi un tel délai ? « Nous avons dû dans un premier temps ramasser et regrouper ces déchets un peu à l’écart des routes », explique Daniel Picouays, adjoint au directeur à la DIR Ouest.

 

Dans certains départements, les tas étaient nombreux et répartis sur une zone assez étendue. Il a fallu ensuite passer des appels d’offres afin de recourir à des entreprises spécialisées. Pour les déchets les plus simples comme la paille ou le fumier, la prise en charge est assez simple, mais pour d’autres types de détritus, notamment les tôles en fibrociment qui contiennent de l’amiante, les procédures d’enlèvement sont, par mesure de sécurité, plus contraignantes. L’évacuation de tous ces déchets devrait être terminée fin juin en Ille-et-Vilaine, mi-juillet dans le Finistère mais pas avant le mois de septembre dans les Côtes-d’Armor...

 

Coût pour l’Etat : au minimum plusieurs centaines de milliers d’euros. Les conseils départementaux ont eux aussi dû mettre la main à la poche pour se débarrasser de ces détritus encombrants sur la voirie départementale. Ceux des Côtes-d’Armor et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a 6 mois

    La majorité des cours de fermes sont de vraies décharges à ciel ouvert avec infiltration des fluides polluants dans le sous sol, c'est ainsi depuis des lustres......Le tracteur de 1950, trône toujours entre les herbes folles, les pneus s'amoncellent.....c'est la ferme franchouillarde dans sa splendeur.

  • M1903733 il y a 6 mois

    Tous ces déchets qu'on les ramasse et qu'on aille les déposer dans les cours des fermiers manifestants. Ils sont bien connus , ils manifestent avec du matériel immatriculé.

  • Cambio17 il y a 6 mois

    Les pollueurs sont les payeurs ?! Mon voisin agriculteur à des pneus (voiture + tracteur) des bidons, des voitures à l'état d'épave, une tombe, plein d'autres déchets dont des machines agricoles qui ont plus de 30 ans... Et personne ne dit rien sauf moi et le Code de l'Environnement !

  • m1234592 il y a 6 mois

    Oui messieurs Maillez et Martiny vous êtes responsables de ce qui se passe aussi autour de vos manifestations ! Ce n'est pas en affirmant le contraire que vous changerez la réalité et la loi. Si tant est qu'il y ait encore une loi en France et quelqu'un pour en réclamer l'application ...

  • m1234592 il y a 6 mois

    Bizarre vous avez dit bizarre ? Bizarre en effet certains commentaires "bizarres" et tendancieux, sans fondements qui fleurissent parfois sur ce site. Malheureusement l’État n'applique jamais la loi pollueur = payeur et surtout pas aux organisateurs de manifestations. Quand on organise une manif on est responsable de ce qui se passe dedans mais aussi autour! La police n'étant là que pour protéger les manifestants pas pour réguler leurs actes.

  • Spartaku il y a 6 mois

    Bizarre , lorsqu'il s'agit des agriculteurs pollueurs et casseurs l'ETAT ne demande pas de rembourser les inévitables dégâts qu'ils font aux biens publics à chaque manifestation ...