Coût des ordures ménagères : de très fortes disparités locales

le
6
Les coûts de gestion des déchêts vont du simple au triple, selon l'UFC-Que-Choisir. C'est à Marseille, Paris ou Biarritz qu'ils sont les plus élevés. À l'opposé Rennes, Dijon et Brest font office de bons élèves.

Quelques semaines après la Cour des comptes, l'UFC-Que-Choisir publie jeudi une étude dénonçant la cherté de la taxe d'élimination des ordures ménagères (TEOM), et ses fortes disparités selon les localités.

Le montant de cette taxe a progressé de 7,1% en 2009 (5,4 milliards d'euros) et a quadruplé en moins de 20 ans. D'après les calculs de l'association de consommateurs, qui a passé en revue les services dans 150 communes, le coût de gestion des déchets s'élevait à 99 euros en moyenne par habitant en 2009.

Du simple au triple

La fourchette est impressionnante, allant de 31 euros au Tréport à 404 euros à Bourg Saint-Maurice. Les écarts de prix -à structure d'habitat et service comparables-, vont du simple au triple. Ainsi, à Lyon, la tonne de déchets est facturée 70 euros par habitant, mais 149 euros à Marseille. Les différences sont aussi très marquées dans les grandes zones urbaines: «À Champigny-sur-Marne, la tonne de déchets est facturée 50 euros plus cher qu'à Nanterre, malgré des caractéristiques proches», constate Alain Bazot, président de l'association.

Au total, dans près d'un quart des communes (23%), les côuts de gestion des déchets sont nettement supérieurs à ceux observés ailleurs en France (pour une qualité de service équivalente). C'est le cas à Marseille (149 euros par habitant), Paris (144 euros), Bordeaux (104 euros), Biarritz (149 euros), Saint-Nazaire (116 euros), Le Havre (116 euros) et le Grand Nancy (107 euros).

En revanche, 38% des agglomérations font office de bons élèves avec des coûts de gestion particulièrement bas. À Dijon (46 euros), Brest (48 euros), Angers (67 euros), Le Mans, Laval ou Rennes, les coûts n'excèdent pas 70 euros. L'UFC-Que Choisir réclame une plus grande transparence sur la gestion des ordures ménagères et la mise en place d'indicateurs de performance.

La taxe d'élimination des ordures ménagères est inclue dans la taxe foncière. Les locataires la paient aussi, car elle peut-être facturée au titres des charges locatives.

LIRE AUSSI :

» La gestion des déchets ménagers coûte trop cher

» Le traitement des déchets coûte cher aux contribuables

» La collecte des déchets par aspiration arrive en France

» Moins de déchets dans l'agglomération parisienne

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Jek751 le vendredi 21 oct 2011 à 17:56

    Quand on trie on ajoute de la valeur ajoutée aux ordures. Cette valeur ajoutée on ne la retrouve nulle part (financièrement parlant). Où passe t elle ?

  • M9195003 le vendredi 21 oct 2011 à 16:37

    Saint Gilles(Gard) 10.000 habitants, 150 € par habitant

  • roux1238 le vendredi 21 oct 2011 à 12:34

    je commence le tri sélectif .... demain .. pas avant :-))

  • j.kerenf le vendredi 21 oct 2011 à 11:06

    Hé oui plus on trie et plus on paye, va comprendre. Il faut désobéir et ne faut plus trier histoire de voir.

  • M8489937 le vendredi 21 oct 2011 à 07:05

    Dans ma localité d'environs 4000 habitants, cette année plus 245% . Avant c'était un organisme local qui assuré le ramassage, maintenant c'est véolia, c'est ça le progrés, enrichir les grosses sociétés sur le dos des petits contribuables ! ! !

  • agentedf le jeudi 20 oct 2011 à 16:36

    a Marseille avec les Guérini spécialistes des ordures pas étonnant que la tonne d'ordure traitée soit 3a 4 fois plus chère qu'ailleurs M comme Marseille , mais aussi M comme magouilles