Courtisé par Vivendi, Ubisoft repousse ses plus-hauts après ses semestriels

le
0
Assassin's Creed Syndicate, Rainbow Six Siege, Far Cry Primal et The Division... les licences phares d'Ubisoft pour l'exercice en cours. (© Ubisoft)
Assassin's Creed Syndicate, Rainbow Six Siege, Far Cry Primal et The Division... les licences phares d'Ubisoft pour l'exercice en cours. (© Ubisoft)

Premier semestre conforme aux attentes des analystes pour Ubisoft. Pour la période de six mois à fin septembre dernier, l’éditeur de jeux vidéo a enregistré un chiffre d’affaires de 207,3 millions d’euros, en baisse de 57,2%, mais supérieur à l’objectif de 187 millions fixé par les dirigeants. Cette baisse des revenus était prévisible étant donnée l’absence de lancement de jeu majeur au cours de ce premier semestre alors que, à la même époque de l’an passé, Ubisoft avait commercialisé sa nouvelle licence à succès Watch Dogs.

Montée en puissance du digital. Ubisoft met en avant la solide performance de ses ventes au format numérique, par opposition aux ventes de boîtes. Celles-ci ont totalisé 100,1 millions d’euros au premier semestre, représentant alors 48,3% du total, contre 27,8% un an plus tard. Signe de l’importance du développement sur le segment digital, l’américain Activision vient d’annoncer le rachat de l’éditeur King Digital, spécialiste des jeux dédiés aux plateformes mobiles (smartphones et tablettes) et mondialement connu pour son blockbuster Candy Crush, pour un montant de 5,9 milliards de dollars (environ 5,4 milliards d’euros).

Demandant des frais de développement moindres et supprimant les coûts de fabrication et de livraison, les jeux en version digitale affichent de meilleures marges. Ce n’est pas flagrant dans

Lire la suite sur le revenu.com


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant