Course contre la montre pour Libération

le
0

Le journal sera à court de trésorerie fin mars. Les actionnaires et les salariés renouent le dialogue.

Après un week-end agité à Libération , l'urgence est désormais à l'apaisement. Dans un éditorial paru lundi, Fabrice Rousselot, le directeur de la rédaction, a appelé à «la reprise du dialogue entre les salariés et les actionnaires». De son côté, Bruno Ledoux, coactionnaire de Libération avec Édouard de Rothschild, a déminé le terrain après la présentation de son plan qui avait mis le feu aux poudres vendredi. «Le journal, le réseau social et l'espace culturel seraient les trois axes d'un même développement. Ils ne se substituent pas. Ils se complètent et se renforcent mutuellement. Aujourd'hui, aucun ne peut vivre sans l'autre. Un espace culturel sans un journal fort n'aurait évidemment aucun sens.»

Éviter le dépôt de bilan

Derrière cet affrontement, se joue une course contre la montre pour sauver financièrement le journal. Libé,...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant