Course à la présidence de l'UMP : Sarkozy se justifie après les sifflets anti-Juppé

le
1
Course à la présidence de l'UMP : Sarkozy se justifie après les sifflets anti-Juppé
Course à la présidence de l'UMP : Sarkozy se justifie après les sifflets anti-Juppé

Le drapeau blanc de la paix, quelques tacles et une proposition. Voilà ce qui ressort de l'interview qu'a accordée Nicolas Sarkozy au journal «Le Figaro» de mercredi et diffusée mardi soir sur le site internet du quotidien. L'ancien président de la République souhaite notamment mettre fin au début de conflit entre ses supporteurs et ceux d'Alain Juppé. Le candidat à la présidence de l'UMP estime qu'une guerre interne serait «suicidaire». 

«Croyez-vous que cela soit si aisé d'interrompre une salle de 5 000 personnes qui manifestent leurs désaccords sincères et spontanés avec l'orateur ?», se justifie Nicolas Sarkozy, accusé de ne pas être intervenu lorsque les militants UMP ont sifflé Alain Juppé. «Au reste, ce n'est pas Alain Juppé qui a été sifflé, c'est ce qu'il a dit. Si j'avais dit la même chose, j'aurais été sifflé moi aussi. Beaucoup (...) ont été ulcérés par le fait que François Bayrou se mobilise pour faire élire François Hollande puis utilise les voix de la droite pour devenir maire de Pau», ajoute Nicolas Sarkozy. 

Selon l'ancien président de la République, il est important de mettre fin à «l'idée d'une guerre» interne, qui serait «suicidaire et en tout état de cause est parfaitement étrangère» à son esprit. Pas de conflit au sein de l'UMP donc mais un nouveau message adressé à François Bayrou, chef de file du MoDem. «Ne comparons pas l'UDI, qui a gouverné avec nous, et les dirigeants du MoDem, qui ont fait campagne contre nous», lâche Nicolas Sarkozy, «favorable» à une alliance avec l'UDI de Jean-Christophe Lagarde. 

Pas un mot pour François Fillon

Si Nicolas Sarkozy enterre la hache de guerre avec Alain Juppé, qu'il connait «depuis 1975», pas question d'en faire autant avec François Fillon. Lorsque «Le Figaro» l'interroge sur les explications fournies par son ancien Premier ministre dans l'affaire Jouyet, l'ancien président répond sèchement : «J'ai pris acte ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le mercredi 26 nov 2014 à 10:41

    Si l'UMP continue dans la voix du sarkosisme, elle va se ramasser une veste comme en 2012...voir un pardessus à longues manches....75 % NE VEULENT PLUS DU BLING-BLING ...QU'ON SE LE DISE UNE BONNE FOIS POUR TOUTE !!!...Ceci dit, il faut voter pour qqu'un de correct de D comme de G…, et là, c'est la super gageure ?!!!...