Courriels-Le FBI ne recommandera pas de poursuites contre Clinton

le , mis à jour à 20:03
0
 (actualisé avec déclarations, précisions) 
    WASHINGTON, 5 juillet (Reuters) - Le FBI estime qu'il n'y a 
pas lieu d'engager des poursuites contre Hillary Clinton dans le 
cadre de l'enquête sur l'usage de sa messagerie privée alors 
qu'elle était secrétaire d'Etat, a déclaré mardi le directeur du 
Federal Bureau of Investigation. 
    Le FBI est en train de boucler un an d'enquête et s'apprête 
à remettre ses conclusions au département de la Justice qui 
décidera si le dossier mérite ou non l'ouverture de poursuites, 
a ajouté James Comey lors d'une conférence de presse.  
    Hillary Clinton, qui doit être investie ce mois-ci comme 
candidate du Parti démocrate à l'élection présidentielle 
américaine du 8 novembre, s'est rendue volontairement samedi 
dans les locaux du Federal Bureau of Investigation à Washington 
où elle a été entendue pendant trois heures et demie. 
    L'utilisation par l'ex-secrétaire d'Etat pour des tâches 
officielles d'un serveur privé installé dans sa propriété de 
Chappaqua, dans l'Etat de New York, a déjà donné lieu à 
plusieurs enquêtes et la controverse pollue sa campagne depuis 
des mois. 
    De l'avis du FBI, "aucun procureur sensé" n'engagera des 
poursuites contre Hillary Clinton. "Bien qu'il incombe au 
département de la Justice de rendre la décision finale sur des 
sujets de ce genre, nous disons à la justice qu'à nos yeux, 
aucune poursuite n'est appropriée dans ce cas", a dit James 
Comey à la presse à Washington. 
    Il n'en reste pas moins, dit-il, qu'il y a des "éléments de 
violations potentielles des statuts, concernant la gestion des 
informations classées". 
    Le FBI n'a pas établi qu'Hillary Clinton ou son entourage 
aient voulu violer la loi ou que ses avocats aient "sciemment 
mal agi" en triant ses courriels, a dit James Comey qui regrette 
toutefois que son personnel n'ait pas été en mesure d'éviter 
cette situation. 
    Selon lui, rien ne prouve que quiconque ait piraté les 
communications de l'ancienne secrétaire d'Etat. 
    Le candidat républicain à la Maison blanche Donald Trump, 
qui a déjà estimé que l'enquête sur les courriels devrait 
disqualifier Hillary Clinton de la course à la Maison blanche, a 
estimé mardi après l'annonce du FBI que "le système est truqué". 
    "Très très injuste! Comme d'habitude, erreur de jugement", 
a-t-il écrit sur Twitter peu après l'annonce faite par James 
Comey. "Le directeur du FBI a déclaré qu'Hillary la 
malhonnête(NDLR -- Crooked Hillary) avait compromis notre 
sécurité nationale. Et pas de poursuites. Wouah!" 
    Le camp républicain reproche en outre à l'époux d'Hillary 
Clinton, Bill, d'avoir rencontré en privé Loretta Lynch la 
semaine dernière 
    La ministre de la Justice dit avoir regrette cette entrevue 
tout en assurant que la question des courriels n'avait pas été 
abordée. 
 
 (John Whitesides et Ginger Gibson; Jean-Stéphane Brosse et Eric 
Faye pour le service français) 
   
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant