Courrèges mise sur le Made in France pour se relancer

le
0
Arnaud Montebourg a inauguré lundi l'usine de Courrèges, qui a rouvert après des travaux de rénovation. Les nouveaux propriétaires de la griffe envisagent de racheter des sous-traitants façonniers pour intégrer de 20 à 25% de leur production.

«La mode est pour la France ce que les mines du Pérou sont pour l'Espagne.» Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, n'a pu résister à la tentation de citer Colbert ce lundi, en inaugurant l'usine paloise de Courrèges, «un nom magique qui a habillé Claude Pompidou, Romy Schneider et, plus récemment, Edith Cresson.»

Dans les années 1970, l'usine employait 300 ouvrières, qui confectionnaient 4000 pièces par semaine, vendues dans plus d'une centaine de boutiques franchisées à l'enseigne Courrèges. André Courrèges, le fondateur de la griffe, avait inventé quelques années plus tôt le prêt-à-porter de luxe. Et sa société était alors plus puissante économiquement que Chanel et Dior, qui restaient elles canto...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant