Courbit demande une médiation

le
0
L'entrepreneur et les héritiers de l'Oréal ne s'entendent pas sur les modalités de sortie du capital de LOV.

La tension monte entre Stéphane Courbit et la fille de Liliane Bettencourt, Françoise Bettencourt-Meyers. Le patron de Lov Group vient d'adresser aux conseils de la famille Bettencourt un courrier demandant la mise en place d'une médiation, dans l'objectif de parvenir à un accord sur les conditions de retrait de la famille du capital de l'entreprise.

Les négociations entre les deux camps sont au point mort: Françoise Bettencourt-Meyers, qui s'est insurgée contre l'investissement de 143 millions réalisé par le mandataire de sa mère, veut sortir du groupe; Stéphane Courbit, de son côté, propose d'offrir des garanties, mais il n'est pas en situation d'effectuer un remboursement immédiat.

L'alliance inattendue entre l'enfant de la télé et l'héritière de l'Oréal remonte au printemps dernier, lorsque par l'entremise de Pascal Wilhelm, avocat et mandataire de Liliane Bettencourt, Stéphane Courbit, en quête de liquidités pour ses multiples activités, trouve un investisseur

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant