Courbis et son amour secret pour Gourcuff

le
0

Il a fait comme si l'arrivée de Gourcuff n'était pas un immense plaisir, comme s'il avait d'autres chats à fouetter, mais ça fait un moment qu'il l'attend ce moment, le Rolland.

Yoann Gourcuff, c'est un peu comme la météo. On a beau détester en parler, le reléguer au dernier sujet de discussion avant le malaise, ne finalement pas trop savoir qu'en dire, c'est un thème qui revient toujours hanter nos discussions de comptoir, à intervalles irréguliers. Et Rolland Courbis est bien placé pour le savoir. Le plus loquace des coachs de Ligue 1, commentateur et chroniqueur à ses heures perdues, a eu le temps d'aborder, d'épuiser même, la matière. D'ailleurs aujourd'hui, en conférence de presse, il joue la carte de l'humour : "Je ne vois pas de qui vous voulez parler." Humour peut-être, mais surtout la meilleure manière de camoufler son contentement excessif. Ça fait au moins six ans qu'il en parle. Et aujourd'hui, il l'a enfin sous ses ordres.

Fascination


Été 2010, les vuvuzelas bourdonnent jour et nuit dans nos oreilles, Rolland Courbis s'est séparé une première fois de Montpellier et a passé quelques semaines en prison. Jusque-là, rien d'anormal. Si ce n'est que l'on retrouve le fumeur de gitanes sur nos écrans un soir sur deux durant le Mondial sud-africain. Et c'est d'ailleurs l'une des premières fois qu'il évoque Yoann, qu'il explique comment lui le ferait jouer s'il était sélectionneur, qu'il le défend, et ce, à la surprise générale et face à un Éric Zemmour dubitatif : "Pour moi, ce n'est pas un attaquant, Gourcuff. Pour moi, c'est un numéro 8, relayeur, qui devient 10 quand nous avons le ballon. Donc il accepte de jouer à un poste qui n'est pas le sien." Un cri du cœur.

Youtube
Depuis ce jour, que ce soit sur RMC ou bien n'importe où, c'est un sujet de prédilection pour Rolland. Une sorte de fascination. Une source d'inspiration pour ses vannes. Novembre 2010 : "Gourcuff, c'est un magicien, il arrive même à se faire disparaître du terrain." Toutes les raisons sont bonnes pour en parler. Surtout pour en dire du bien quand il est dans le dur à Lyon. Septembre 2011 : "C'est un garçon qui a perdu ses jambes, sa confiance en lui. Maintenant, en étant bien dans ses jambes, il ne peut qu'être bien dans sa tête. Ça n'est pas seulement un petit plus pour Lyon, ça sera probablement une énorme plus-value." Et…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant