Courage politique : selon Lagarde, «il faut être prêt à prendre des risques»

le , mis à jour à 06:55
8
Courage politique : selon Lagarde, «il faut être prêt à prendre des risques»
Courage politique : selon Lagarde, «il faut être prêt à prendre des risques»

Christine Lagarde, qui dirige depuis 2011 le FMI (Fonds monétaire international), arrive en tête du baromètre du courage politique, pour son action — pendant quatre ans — comme ministre de l'Economie, des Finances et de l'Industrie sous Nicolas Sarkozy.

 

Le courage en politique, c'est si important ?

CHRISTINE LAGARDE. C'est fondamental ! Dans un contexte où l'économie mondiale est un peu molle, la détermination et le leadership sont essentiels pour mettre en œuvre les réformes structurelles. Cela demande énergie et confiance. Prenons l'exemple de Justin Trudeau : le Premier ministre canadien dirige un gouvernement à parité complète, se déclare féministe et s'engage à diversifier son économie fortement basée sur l'exploitation des ressources naturelles. C'est courageux !

 

Cela suppose quoi ?

D'être prêt à prendre des risques. D'avancer, mais pas tout seul. Quitte parfois d'aller à l'encontre de son administration, de certains corps constitués. Quand j'ai mené la réforme du crédit à la consommation (2010), Bercy n'était pas convaincu et il a fallu persuader mon administration que le jeu en valait la chandelle. J'en suis fière, car les victimes surendettées de crédits abusifs ont été mieux protégées.

 

Les réformes les plus dures sont les plus belles ?

Il y a de ça, oui. Pour arriver à convaincre — avec Hervé Novelli, qui m'a d'abord convaincue du projet — ministres et administration de l'intérêt d'un statut de l'autoentrepreneur (2008), il y a eu un laborieux et joli combat, car on nous regardait avec des yeux interloqués ! Le travail législatif au Parlement peut aussi être une épreuve. Passionnante certes, mais parfois extrêmement compliquée, comme pendant la réforme de la taxe professionnelle. On touchait à un millefeuille de finances publiques où chacun perdait des plumes et en regagnait. L'idée d'utiliser l'article 49-3 a été caressée, mais à force de travail et de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • serval02 il y a un mois

    Alors il ne faut pas être politicien carriériste qui est l'opposé même du courage....

  • wanda6 il y a un mois

    Quel que soit le prochain président de la République , il doit appliquer le rapport de la CE sur les GOPE en 2016-2017 si celui-ci ne fait pas sortir la France de l’UE. Contemplez l’œuvre de ceux pour qui vous avez voté depuis 40 ans soit "l'u m p s " et pensez-y en votant en 2017. Le changement c'est l'année prochaine. Il faut que F. Asselineau puisse avoir accès aux grands médias, adhérez à l'UPR upr.fr

  • wanda6 il y a un mois

    les mêmes politiciens sont aux gouvernements depuis +,40 ans. Lors d’élections on change droite-gauche, gauche-droite et on a tjrs les mêmes au pouvoir ! Leurs décisions ont ruiné les pays ! La faute est grave ! Ce qui est étonnant que personne n’en parle , personne ne demande le procès, l’interdiction d’exercer les fonctions ! On nous dit que l’on a pas le choix...c'est comme ça...nivellement par le bas...sauf pour eux.

  • gustav10 il y a un mois

    Et en attendant la fin de son futur mandat, il pondra des règlements et lois pour mieux se servir dans les caisses avec ses copains poli.tiques, comme cela ils voteront ces lois.

  • gustav10 il y a un mois

    Et donc, comme Sarko, il rebaissera les bras !

  • M1961G il y a un mois

    juppé ,en 2017 va il faire travailler le privé 38h par semaine payé 35h . juppé doit dire combien il gagne car cumule il retraite et mandat . la retraite des régimes spéciaux coûtent aux français plusieurs milliards par an . quand la complémentaire du privé est en déficit , on baisse de 10% la retraite du futur retraité . les caisses de retraite doivent être à l'équilibre dans les régimes spéciaux comme celle du privé , non!!!!!

  • M1961G il y a un mois

    les réformes sont belle lorsqu'elle sont égalitaire . le problème en france est que les inégalités sont partout , notamment dans le dossier retraite . juppé en 2017 , si il est président va aligner la retraite du privilégié : edf,sncf, fonctionnaires sur celle du privé ou spolié uniquement le privé comme d'habitude . juppé a baissé les bras en 1995 lorqu'il était premier ministre face au dossier retraite vis à vis de la sncf .

  • gustav10 il y a un mois

    Un politique ne prend pas de risque. Il ne cherche qu'à être réélu au tour suivant et le reste il s'en F.