Cour des comptes: la Sécu doit surveiller ses dépenses

le
0
DÉCRYPTAGE. Les ressources de la Sécurité sociale ne peuvent être augmentées à l'infini, sous peine d'étouffer le pouvoir d'achat, la croissance et l'emploi sous le poids des prélèvements.

La profondeur du «trou» étant ce qu'elle est, on voit mal comment échapper aux préconisations de la Cour des comptes pour accroître les recettes de la Sécu: alignement de la CSG des retraités sur celle des actifs, hausse de la CRDS pour éponger les dettes passées... Sans parler de l'augmentation générale de CSG qui se profile: elle n'est pas censée apporter d'argent en plus puisqu'elle compensera une baisse des cotisations pesant sur le travail.

Mais gare à la fuite en avant. Les ressources de la Sécurité sociale ne peuvent être augmentées à l'infini, sous peine d'étouffer le pouvoir d'achat, la croissance et l'emploi sous le poids des prélèvements. Comme pour l'État, comme pour les collectivités locales, il faut donc s'attaquer sérieusement aux dépenses. De droite comme de gauche, les gouvernements ont jusqu'ici esquivé, préférant rogner ici, bricoler là - à l'exception de la réforme Woerth des retraites, déjà en partie effacée par la gauche.

Pourt

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant