Cour des comptes : l'inspection du travail, ou l'irrésistible envie de ne pas changer

le
2
Manifestations des inspecteurs du travail en avril 2008. Selon la Cour des comptes, les syndicats entravent la nécessaire modernisation de l'inspection du travail.
Manifestations des inspecteurs du travail en avril 2008. Selon la Cour des comptes, les syndicats entravent la nécessaire modernisation de l'inspection du travail.

À chacune de leur apparition, les chefs d'entreprise tremblent. Sacrés inspecteurs du travail ! La Cour des comptes s'est intéressée à l'organisation de ce vieux corps, né en 1892, et spécialisé dans le contrôle des sociétés. Et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'un coup de balai s'impose. « L'inspection du travail est confrontée aux nouveaux défis que représentent les évolutions du marché du travail et l'internationalisation de l'économie. Son organisation, ses effectifs et son mode de fonctionnement doivent s'y adapter », souligne la Cour des comptes dans son rapport annuel 2016.

Depuis 2006, l'inspection du travail a enregistré trois « réformes », mais présente toujours les caractéristiques des lourdeurs administratives à la française. La Cour des comptes précise que la structure de base de ce corps se compose de 790 sections. Oui, oui, 790 cellules qui travaillent très souvent de manière solitaire, sous l'autorité du ministère du Travail, alors que les textes en vigueur en prévoient 240 ? tout de même. Cherchez l'erreur? « Les pratiques professionnelles des agents de l'inspection du travail correspondent également à une tradition d'autonomie, voire d'individualisme, dans le choix des contrôles, de leur conduite et des suites à leur donner », tente de comprendre la Cour. En tout, ce sont 2 462 inspecteurs et contrôleurs qui sont chargés de suivre 1,8 million d'établissements, pour un coût budgétaire...

Lire la suite sur Le Point.frLire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • devcor il y a 10 mois

    L'inspection du travail ?? Un repaire de cégétistes trotskistes frustrés qui en sont toujours à la lutte des classes et pour qui le patron est obligatoirement fautif.

  • jmlhomme il y a 10 mois

    L'inspection du travail. C'est la première structure qu'il faut détruire Quand les tribunaux sont là (par referres)... Les forces de l'ordre Policiers et Gendarmes disponible pour constater des faits. C'est cela la simplification et l'efficacité.