Coups de feu entendus dans le centre de Bujumbura

le , mis à jour à 16:14
0

BUJUMBURA, 13 mai (Reuters) - Des coups de feu ont éclaté mercredi dans le centre de Bujumbura, la capitale du Burundi où le général Godefroid Niyombaré, ancien chef du renseignement, a annoncé la destitution du président Pierre Nkurunziza, rapportent des journalistes de Reuters. La tension est particulièrement vive devant le siège de la radiotélévision nationale (RTNB) où, selon un employé, des gardes s'opposent à ce que des soldats qui ont fait défection au président accèdent au bâtiment. "Les soldats qui ont mené ce coup d'Etat tentent d'entrer de force pour diffuser leur déclaration", a-t-il dit. L'annonce de la destitution du président a été lue sur des stations de radio privées, mais pas sur l'antenne de la RTNB. Pour l'heure, la situation reste est toujours confuse. Le ministère britannique des Affaires étrangères, dans une note adressée aux voyageurs britanniques sur le Burundi, qualifie néanmoins les événements de "coup d'Etat militaire". En Belgique, ancienne puissance coloniale, le ministre des Affaires étrangères, Alexander De Croo, a déclaré que son pays actionnerait tous les moyens diplomatiques à sa disposition pour stopper l'escalade de la violence. Accompagnant le président Nkurunziza en Tanzanie, où se déroule un sommet régional extraordinaire, un de ses conseillers a démenti: "Nous considérons qu'il s'agit d'une plaisanterie, pas d'un coup d'Etat militaire", a dit Willy Niyamitwe à Reuters. (Edmund Blair; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant