Couples : le bonheur à deux... pas sous le même toit

le , mis à jour à 11:48
1
Couples : le bonheur à deux... pas sous le même toit
Couples : le bonheur à deux... pas sous le même toit

On parle beaucoup des couples désunis contraints, faute de moyens, de cohabiter sous le même toit, beaucoup moins de ceux, bien plus nombreux, qui sont «ensemble sans vivre ensemble». Ils représentent pourtant près de 10 % des relations amoureuses en France, selon l'étude que vient de présenter l'Institut national d'études démographiques (Ined). Certes leur définition est mal aisée, puisque les seuls couples reconnus par la loi sont mariés, pacsés ou partagent la même adresse. Mais, à l'heure où s'unir à l'autre reste une valeur sûre, pour ne pas dire le rêve de réussite de chacun d'entre nous, ces électrons libres difficiles à rentrer dans des cases intriguent.

Les seniors en tête

S'agit-il d'un choix de vie ? D'une volonté de renoncer à la routine et de préserver la magie ? Serait-ce une nouvelle forme de conjugalité ? « C'est très difficile à dire. Entretenir une relation avec quelqu'un avec lequel on ne vit pas regroupe une telle diversité de situations», dit Arnaud Régnier-Loilier, auteur de l'étude, qui planche avec une poignée d'autres chercheurs sur le sujet depuis une vingtaine d'années. Il convient, de fait, de mettre de côté ceux qui ont toujours existé : les 60 % d'amoureux non cohabitants qui ont moins de 28 ans. Ceux-là tâtonnent, attendent la fin de leurs études, le premier CDI ou la bague au doigt, naviguent encore entre la cité U et le foyer parental et finissent presque toujours par signer un bail à deux, même si c'est un peu plus tard que leurs parents.

«Les plus sociologiquement intéressants, même si leur nombre n'évolue pas ou pas encore significativement, ce sont les plus âgés.» Les «échaudés» de la séparation, souvent déjà parents, qui se préservent et s'accommodent, plus ou moins longtemps, d'un chacun chez soi prudent. Et... les seniors. Car au risque d'écorner des idées reçues, ne pas s'installer ensemble quand on entretient une liaison au long cours est plus ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • sarestal il y a 12 mois

    Et le problème de la polygamie en IDF ?