Coupet du monde, épisode 3 : Le poor lonesome cowboy

le
0

Cet été, Grégory Coupet est parti à l'aventure, à dos de cheval, dans le Wyoming. Une région du monde où la vie, la vraie, prend tout son sens. Le confort aussi. Troisième épisode et récit des deux derniers jours d'une balade qui est d'ores et déjà entrée dans la légende de l'Ouest.

Pour cet avant-dernier réveil de l'aventure, mère nature fait encore sa capricieuse. Les hallebardes qui se sont abattues toute la nuit sur la tente des Coupet laissent place à une matinée aussi fraîche qu'humide. Le camp est détrempé, et nos explorateurs s'extirpent péniblement de leur duvet. Dur au mal, Greg parvient tout de même à se faire violence : "Ça me rappelait un peu mes entraînements. Quand j'arrivais sur le terrain le matin et qu'il y avait une belle rosée, je me mouillais un peu la nuque et allez, hop, c'était parti pour les plongeons !" Faute de ballon à capter, Greg s'attaque aux caisses de provisions perchées dans les arbres pour échapper à la gourmandise des ours qui traînent toujours dans le coin. À l'intérieur de ces garde-manger version farwest, notre portier mal léché cherche ce précieux nectar qui peut vous sauver une matinée. "Le café bien chaud est le bienvenu, tant les épreuves de la veille se font encore sentir. On prend notre temps, on verra bien ", décrypte Claude Poulet. "En fait, c'est surtout que tu perds un temps fou à sécher tes affaires, complète Coupet, le roi du brasero. Mais c'est là où j'interviens en faisant un plus gros feu ! J'ai d'ailleurs cramé mes tongs à force de les mettre trop près du foyer." Des tongs dans le Wyoming ? Si Jesse James, Buffalo Bill et tous leurs cousins à éperons voyaient ça, sûr qu'ils se retourneraient dans leur tombe. "C'est un conseil de Claude, justifie Greg le missionnaire. Comme tu ne peux pas ramener 50 000 paires, j'avais mes godasses de trail pour la journée, et une paire de tongs pour le camp. Parce que c'est quand même plus agréable d'avoir les pieds à l'air pour marcher dans la rosée plutôt que de mouiller direct tes baskets et tes chaussettes. Et puis on espérait qu'il fasse beau, accessoirement "

Et au milieu coule une rivière

Vers 10h, la troupe reprend la piste. Programme du jour : franchir le col de Shoshone Pass pour redescendre côté Sud des Absaroka. Après une bonne heure de route, le soleil est enfin de retour et, avec lui, le moral remonte…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant