Coupet du monde, épisode 2 : Into the Wild

le
0
Coupet du monde, épisode 2 : Into the Wild
Coupet du monde, épisode 2 : Into the Wild

Cet été, Grégory Coupet est parti à l'aventure, à dos de cheval, dans le Wyoming. Une terre où la nature peut être aussi belle qu'impitoyable. La faune locale, surtout. Second épisode et récit des troisième et quatrième jours d'une balade qui en compte toujours six.

"La première nuit sous la tente, t'es dans tes petits souliers parce que tu ne sais pas trop ce qu'il y a autour de toi. Sauf que j'ai été très surpris par le calme qui règne. Je pensais qu'il allait y avoir plein de bruits, de loups ou d'autres animaux, alors qu'en fait, non. Pas un bruit. Tu dors très bien. Y'a juste le matin où les écureuils grouillent de partout et font un peu de boucan." Autour de la Quechua des Coupet, il n'y a donc pas que la rosée matinale qui a remplacé les traces d'urine de la veille. Mais plus que le plus célèbre épargnant des forêts, ce sont surtout les premiers rayons du soleil qui réveillent inlassablement Greg. "Comme tu n'as pas de montre, tu te réveilles sans jamais savoir quelle heure il est. Mais à chaque fois c'est magique. Tout est encore plus beau le matin.". Claude Poulet, lui, est réveillé depuis une bonne demi-heure et s'attèle déjà à rassembler les 45 kilos qui garnissent chacune des quatre cantines réparties sur Big et Honcho, les deux "sherpas" de l'expédition. Avec Cap, le fidèle destrier de Claude, Curly, celui de madame Coupet, et Emma, la cousine relou de Jolly Jumper qui ne cesse de jouer avec les nerfs de Greg, le gang est au complet. Vers 10h30, d'après le soleil donc, il est même prêt à affronter les cinq petits vallons qui composent la vallée de Five Pockets. Trois kilomètres de long, entre 600 et 300 mètres de large, le tout creusé par le ruisseau Horse Creek.

Greg' fait des murmures

Five Pockets. Un authentique nom de western qui cache quelques lieux-dits aux patronymes bien de chez nous. Comme Dubois, Gros ventre et bien d'autres encore qui n'ont pas laissé Greg indifférent : "C'est sympa de voir des noms un peu français. Tu te dis qu'on est passé par là y'a longtemps, qu'on a été influent ". Vrai. N'en déplaise à Davy Crockett, les premiers à découvrir la région étaient des trappeurs français venus du Québec. Et malgré le temps qui passe, leurs traces sont toujours fraiches. Après avoir avalé les premiers miles sous une…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant