Coupe du monde : pourquoi les militaires redoutent une victoire des Bleus

le
0
Si le scénario de 1998 se reproduisait le 13 juillet prochain, comment assurer le traditionnel défilé du 14 Juillet ?
Si le scénario de 1998 se reproduisait le 13 juillet prochain, comment assurer le traditionnel défilé du 14 Juillet ?

13 juillet 2014, au stade Maracanã de Rio de Janeiro. À la surprise générale, la bande de Benzema, Ribéry et Pogba s'offre la Coupe du monde au pays où le football est roi. À plus de 9 000 kilomètres de là, dans l'Hexagone, c'est l'effervescence. Les Français fêtent leurs champions, savourent cet état de grâce déjà vécu il y a quinze ans, en juillet 1998. À Paris, des milliers de supporteurs envahissent les Champs-Élysées. La fête se prolonge, d'autant que le lendemain est jour férié. Sauf que, fête nationale oblige, les préparatifs pour le défilé du 14 Juillet sont déjà en cours. Et les supporteurs ont pris d'assaut la tribune présidentielle installée place de la Concorde où François Hollande s'apprête à recevoir les représentants de 72 pays étrangers pour célébrer le centième anniversaire de 1914. Comment dès lors assurer la cérémonie ?"Au fond, personne n'y avait réellement pensé" Ce scénario, s'il prête à sourire, a été évoqué par les militaires chargés d'organiser le défilé. C'est ce que relate dans son édition du jour le quotidien L'Opinion. Jean-Dominique Merchet, auteur de l'article, explique au Point.fr qu'il a eu "connaissance de cette information au cours d'une discussion avec les militaires". "Certes, la réaction était amusée, mais il s'agit dans le même temps d'un vrai souci", explique-t-il. "Au fond, personne n'y avait réellement pensé." Car, si une éventuelle fête populaire...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant