Coupe du Monde 2018 (Q) : Sam Allardyce démissionne

le
0

67 jours après sa nomination, Sam Allardyce a démissionné de son poste de sélectionneur de l'Angleterre suite aux révélations faites par le Telegraph.

Gamer over pour Big Sam. Le sélectionneur de l'Angleterre a démissionné, mardi soir, après la divulgation d'un immense scandale de corruption dans lequel il était impliqué. Cette crise, la Fédération anglaise s’en serait bien passée. Trois mois après un Euro raté, qui a vu les coéquipiers de Wayne Rooney sortir dès les huitièmes de finale contre la modeste Islande, le successeur de Roy Hodgson, Sam Allardyce, vient de plonger le football anglais dans une énorme crise. Des journalistes du quotidien britannique The Telegraph ont piégé l’ancien manager de West Ham en se faisant passer pour des représentants d'une firme asiatique désireuse d'investir sur le marché des transferts du football anglais. En caméra cachée, ils filment « Big Sam » leur confier qu’il a la possibilité de les aider à contourner les règles de la Fédération anglaise sur les TPO (« Third Party Ownership »), une pratique interdite par la FIFA depuis 2015.

Allardyce est un spécialiste des affaires de corruption

Non seulement, Sam Allardyce propose clairement à ses interlocuteurs d’enfreindre les règlements de son propre employeur, mais en plus, il demande 450 000 euros pour faire le sale boulot. Une affaire de corruption, en somme. Et c’est là où le bât blesse. Car ce n’est pas la première fois dans sa carrière d’entraîneur que l’homme de 61 ans est impliqué dans un vaste scandale de corruption. En 2006, lui et son fils Craig avaient été cités par la BBC dans l’affaire du documentaire « Panorama ». Il y a deux ans, The Guardian et The Observer avaient mis à jour l’existence d’un réseau entre Sam Allardyce et l’agent Mark Curtis, où celui qui était alors manager de West Ham avait pour mission de mettre la pression sur un de ses joueurs, Ravel Morrison, pour qu’il rejoigne cet agent. Des accusations dont s’est toujours défendu l’actuel sélectionneur des Three Lions.

Pardew, Bruce et Howe cités pour lui succéder

Sam Allardyce n'aura même pas tenu 24 heures. Révélé lundi, le scandale l'a poussé, mardi, à rendre son tablier. Alors que la FA avait demandé au Telegraph de lui communiquer tous les éléments du dossier avant de se prononcer, Sam Allardyce a préféré démissionner ce mardi soir après une réunion avec les dirigeants de la Fédération. Les faits, filmés, sont en effet accablants. Pire, non content d’enfreindre les règlements, le sélectionneur anglais s'est mis tout le Royaume à dos en égratignant successivement son prédécesseur Roy Hodgson, l’ancien adjoint de ce dernier, Gary Neville, et même… le Prince Harry ! A seulement dix jours du match contre Malte, comptant pour les éliminatoires de la Coupe du Monde 2018, le natif de de Dudley ne sera donc pas sur le banc de l’Angleterre pour ce qui aurait été seulement son deuxième match. Gareth Southgate, l'actuel sélectionneur des Espoirs, a pris en charge l'équipe pour les quatre prochains matchs (Malte, Slovénie, Ecosse, Espagne). Sur les sites de bookmakers, les paris ont déjà été lancés, et trois noms se détachent comme favoris pour prendre la succession de Big Sam : Alan Pardew (Crystal Palace), Steve Bruce (ex Hull City) et Eddy Howe (Bournemouth). Les noms de de Jurgen Klinsmann, Slaven Bilic, Alan Shearer, Roberto Mancini et Laurent Blanc sont également cités.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant