Coupe du monde 2014 - Russie : un bilan contrasté

le
0
Zhirkov, ici félicité par ses coéquipiers, s'est révélé à l'Euro 2008.
Zhirkov, ici félicité par ses coéquipiers, s'est révélé à l'Euro 2008.

Dans quatre ans, la Russie sera à la place du Brésil. C'est en effet dans le pays de Vladimir Poutine qu'aura lieu la prochaine Coupe du monde. Avant d'organiser un événement que les autorités russes veulent aussi fastueux que les Jeux olympiques de Sotchi l'hiver dernier, la sélection nationale espère démontrer qu'elle fait partie des équipes qui comptent. Pour ce Mondial 2014, les Russes auront l'occasion de croiser à nouveau la route de la Belgique. En 2002, lors de la dernière participation des Russes à un Mondial, ils n'avaient pas franchi le premier tour à cause d'une défaite contre les Diables rouges lors du dernier match de poule. L'équipe, alors entraînée par la légende moscovite Oleg Romantsev, avait fini par céder (3-2).Cette fois-ci, c'est Fabio Capello qui dirige la sélection. L'entraîneur italien, dont le palmarès en club est impressionnant, a repris les rênes de l'équipe après l'échec à l'Euro 2012, où la Russie avait été éliminée dès le premier tour. Deux maîtres mots guident l'action du tacticien : l'expérience et la cohésion. Fabio Capello aligne ainsi un 4-3-3 avec un quatuor défensif de fer : Kombarov, Berezoutski, Ignashevitch et Kozlov. Malgré l'absence des talentueux Archavine et Pavlioutchenko (Lokomotiv Moscou), non retenus par Capello, il reste dans la sélection des créateurs, à l'instar de Samedov, Dzagoev - co-meilleur buteur de l'Euro 2012 - et Kokorine. Ils contribuent à faire perdurer une certaine...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant