Coupe du monde 2014 : la longue dérive du foot italien

le
0
À L'image de Mario Balotelli à terre, c'est tout le football italien qui n'arrive pas à se relever.
À L'image de Mario Balotelli à terre, c'est tout le football italien qui n'arrive pas à se relever.

Gianluigi Buffon et Andrea Pirlo ont fait mardi leurs adieux à la Squadra Azzurra. Un adieu sur une note bien triste. Après l'élimination de l'Italie du Mondial, dans la foulée, le coach Cesare Prandelli a démissionné, puis président de la fédération italienne de football FIGC Giancarlo Abate. À l'image d'un Calcio et d'une Serie A en dérive, l'Italie peine à retrouver l'éclat perdu de 2006, et la suprématie mondiale de ses clubs des années 1990. Des clubs, justement, aujourd'hui au bord de la faillite, empêtrés dans des scandales à répétition. Les plus grandes stars évitent désormais la Serie A. Mais comment l'une des plus grandes nations du football s'est-elle retrouvée dans cette situation ? L'Italie déçoit encore une fois Mardi 24 juillet 2014, Arena das Dunas, Natal au Brésil. La Nazionale perd son match décisif face à l'Uruguay et se voit contrainte de plier bagage et de rentrer "a casa". L'Italie quitte le Mondial dès la phase de poules, tout comme en 2010. En Afrique du Sud, tenants du titre, les hommes de Marcello Lippi s'étaient fait éliminer par les Slovaques lors du dernier match des poules à la suite d'une cuisante défaite (3-2). La Squadra Azzurra n'avait pas connu un tel résultat depuis 1966. D'un scandale à un autre Mais 2006 est aussi l'année de l'éclatement de l'affaire du "Calciopoli", qui a secoué toute l'Italie : à la clef, relégation de la Juventus en Serie B, sanctions et gel de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant