Coupe du monde 2014 : l'émotif Brésil tiendra-t-il face à la Colombie ?

le
0
L'attaquant Neymar, ici dans les bras du sélectionneur Scolari, et le capitaine Thiago Silva n'ont pu contenir leur émotion à l'issue du match contre le Chili.
L'attaquant Neymar, ici dans les bras du sélectionneur Scolari, et le capitaine Thiago Silva n'ont pu contenir leur émotion à l'issue du match contre le Chili.

"Je peux dormir et me réveiller seulement vendredi ?", "Je suis sur le point d'avoir une crise cardiaque", pouvait-on lire sur les comptes Twitter de Brésiliens cette semaine. La première trêve de quarante-huit heures depuis l'ouverture de la Coupe du monde a mis le pays organisateur dans tous ses états. À tel point que des articles sur "comment faire face à cette privation forcée du foot ?" sont apparus dans les journaux. Car finalement, après les nombreuses manifestations qui ont émaillé la préparation et le début de cette Coupe du monde, les Brésiliens se sont laissés rattraper par leur amour pour le ballon rond. Et, à la veille des quarts de finale, le président de la Fifa, Joseph Blatter, s'est dit amplement satisfait et a tenu à remercier "les Brésiliens pour avoir accepté ce Mondial". Le Brésil veut maintenant remporter "sa" Coupe du monde, faisant peser sur la Seleção une pression considérable. Au point de voir, depuis le début du Mondial, de nombreux joueurs brésiliens fondre en larmes. Psychothérapie d'urgence Lors du premier match contre la Croatie, c'est le gardien Júlio César qui sanglote à l'écoute de l'hymne brésilien. Lors du match contre le Mexique, c'est l'attaquant-star Neymar qui pleure comme un bébé avant le début de la rencontre. Avant même la séance de penalties contre le Chili, le capitaine Thiago Silva a fondu en larmes avant que toute l'équipe ne s'effondre sous la pression lorsque la victoire est...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant