Coupe du monde 2014 - Italie : Cesare Prandelli, la classe transalpine

le
0
Cesare Prandelli a laissé de bons souvenirs du côté de Florence.
Cesare Prandelli a laissé de bons souvenirs du côté de Florence.

Une défense solide, des joueurs malins qui se moquent du fair-play : c'est ce qui a - en partie - construit les succès de la Nazionale depuis des décennies, lui permettant de glaner quatre titres de champion du monde, le dernier en 2006. Cette conception du football est éloignée de celle de Cesare Prandelli, l'actuel sélectionneur de la Squadra Azzurra. Intronisé en 2010 à la place de Marcello Lippi, Prandelli avait la lourde tâche de réconcilier l'Italie avec son football alors que la sélection venait de traverser le Mondial sud-africain comme une âme en peine, éjectée d'un groupe assez faible où figuraient la Slovaquie, le Paraguay et la Nouvelle-Zélande. Le pari est déjà en grande partie réussi. Avant de se lancer en tant que coach, Cesare Prandelli n'a pas été un immense joueur de football. Mais il a toujours été décrit comme un équipier modèle par ceux qui l'ont côtoyé, comme Michel Platini à la Juventus durant les années 1980. Rapidement destiné à une carrière d'entraîneur, il s'est fait la main chez les jeunes de l'Atalanta Bergame avant de connaître ses premiers faits d'armes avec l'Hellas Vérone. Champion de Serie B en 1999 avec l'un des clubs phares de la cité de Roméo et Juliette - son premier et unique titre -, il rebondit à Parme, où il rencontre l'un de ses mentors, Arrigo Sacchi. Son passage à la Fiorentina va révéler à l'Europe ses qualités d'entraîneur. Durant cinq ans et malgré des moyens...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant