Coupe du Monde 2014 : Iran, le catenaccio perse

le
0
Emmené par Dejagah, l'Iran espère bouleverser la hiérarchie dans le groupe F.
Emmené par Dejagah, l'Iran espère bouleverser la hiérarchie dans le groupe F.

Pays de 77 millions d'habitants, l'Iran n'affiche pas un passeport footballistique des plus chargés. Trois participations discrètes à la Coupe du monde en 1978, 1998 et 2006, et trois titres de champion d'Asie à une "autre époque" en 1968, 1972 et 1976. Et pourtant, le football génère les passions de Khoy à Tchâbahâr, en passant par Téhéran et Chiraz, où certains joueurs sont considérés comme des demi-dieux. À l'image d'Ali Daei passé par le Bayern Munich lors de la saison 1998-1999 et auteur d'un record sympathique presque insolite. L'Iranien est le seul joueur au monde à avoir inscrit au moins 100 buts (109) avec sa sélection nationale, devant Puskás (84) et Pelé (77). Rien que ça ! Comme en 1998 ? Lors de la Coupe du monde 1998, l'Iran marquait les esprits dans un match de poules historique face aux États-Unis. Une première sportive et diplomatique, car jamais auparavant les deux pays ne s'étaient affrontés directement dans une compétition de tel niveau. Avant la rencontre, les deux équipes bousculent le protocole et se prennent en photo ensemble. Bras dessus, bras dessous, les joueurs plaisantent de leur future prestation. Cette image de deux pays en froid depuis l'occupation de l'ambassade américaine en 1979 fait le tour du monde. Au bout des 90 minutes, c'est l'Iran qui s'impose (2-1) grâce à un but de Hamid Estili et un autre de Mehdi Mahdavikia. Une victoire qui restera également gravée dans la mémoire pour une autre...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant