Coupe du monde 2014 - France : torride ou ridicule

le
0
Raymond Domenech, Zinédine Zidane et Fabien Barthez ont écrit chacun à leur manière une page de l'équipe de France.
Raymond Domenech, Zinédine Zidane et Fabien Barthez ont écrit chacun à leur manière une page de l'équipe de France.

Dans la saga ciné des Bronzés, Michel Blanc effectue un gros travail en amont afin de séduire une femme, avant de se faire griller la politesse par Thierry Lhermitte ou un autre. La France subit ce même processus à l'échelle du football. Nation inventrice de la Coupe du monde dans les années 20 avec Jules Rimet (ancien président de la Fifa), notre pays en mode Jean-Claude Duss se fait doubler d'emblée par l'Uruguay, puis surtout par l'Italie, qui gagne le Mondial 1938 sur le sol français. C'était la première fois que le pays organisateur ne gagnait pas la Coupe du monde. Après ce râteau d'avant-guerre, la France va longtemps ramer. Certes, quelques épopées comme celles de 1958, 1982 ou 1986 ont ravi ou ému la population. Mais ces belles aventures ont surtout été des cache-misère de l'incapacité du football français à être performant sur la scène internationale. La faute en grande partie à Georges Boulogne et à ses héritiers dont l'approche défensive du jeu et une culture boutiquière du résultat ont sclérosé durant des décennies le football français. Il suffit de s'attarder sur le vide astral des équipes françaises (les Bleus et les clubs) dans les palmarès des compétitions internationales jusqu'en 1984 pour comprendre que notre belle nation est le tiers-monde européen du ballon rond. 1998 : la gagne à l'italienne Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si les exploits des Kopa, Fontaine et Platini découlaient d'un football...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant