Coupe du monde 2014 - France-Allemagne 1982 : la merveilleuse défaite

le
0
Michel Platini dépité après le pénalty victorieux de Horst Hrubesch.
Michel Platini dépité après le pénalty victorieux de Horst Hrubesch.

Vendredi à Rio, les Bleus affrontent la Mannschaft et tenteront de se qualifier pour les demi-finales. Pour ceux qui ont plus de 40 ans, un France-Allemagne fait forcément écho au plus grand match auquel ils ont jamais assisté un certain 8 juillet 1982 : la demi-finale du Mondial, à Séville. Pierre-Louis Basse a écrit en 2005 un livre sur ce match d'exception Séville 82, le match du siècle, une fiction pour tenter de comprendre tout ce qui s'est joué ce soir-là entre les deux équipes, mais aussi entre deux pays. Interview. LePoint.fr : Où étiez-vous le soir du 8 juillet 82 ? Pierre-Louis Basse : J'avais 22 ans. J'étais avec quatre copains dans le pavillon des parents de l'un d'entre eux qui étaient partis en vacances. C'était à Juvisy-sur-Orge. Pourquoi avoir écrit ce livre ? J'ai voulu savoir pourquoi ce match avait un tel retentissement, pourquoi certains matches entrent en résonance avec l'histoire tout court et l'histoire personnelle, en l'occurrence la mienne. En 1982, je suis un jeune homme plein de sympathie révolutionnaire pour la RDA et les jeunes gens en colère de la RFA qui en veulent à leurs pères et leurs grands-pères d'avoir été nazis. En 1982, mon grand-père qui a été déporté est toujours vivant. En 1982, comme le raconte Attali dans son Verbatim, Mitterrand est en visite en Hongrie et va voir le match dans un restaurant. Il exige même que les musiciens arrêtent de jouer, car ils le...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant