Coupe du monde 2014 : des footballeurs cosmopolites dans une Suisse nationaliste

le
0
Le leader du parti nationaliste Eric Stauffer pronostique une victoire de l'équipe suisse contre la France.
Le leader du parti nationaliste Eric Stauffer pronostique une victoire de l'équipe suisse contre la France.

Le défenseur Johan Djourou, né à Abidjan en 1987, ne choisit pas entre son pays d'adoption et l'Afrique, qu'il a quittée à dix-sept mois. "Pour moi, avec la Suisse, c'est du 50-50, enfin non, du 100 % des deux côtés. C'est ce que je suis, ce qui fait que j'ai cette joie de vivre", confie-t-il dans Le Matin Dimanche de Lausanne. Il a commencé sa carrière à l'Étoile Carouge, dans le canton de Genève, en 2003. Il joue aujourd'hui à Hambourg. Les deux tiers de la sélection helvétique (15 joueurs), qui affronte ce soir la France, ont des parents dans 13 pays différents ! Johan Djourou n'est pas le plus coté de cette équipe cosmopolite. Xherdan Shaqiri, l'attaquant vedette de la sélection à croix blanche, "pèse" 20 millions d'euros sur le marché des transferts, malgré une année décevante au Bayern de Munich, marquée par de nombreuses blessures. Né au Kosovo en 1991, le petit Xherdan Shaqiri (1,69 m) a fui avec sa famille l'ex-Yougoslavie pour trouver refuge dans la Confédération. Même scénario pour le milieu Valon Behrami, né à Mitrovicë, au Kosovo, qui évolue actuellement à Naples. C'est lui qui a permis à la Suisse de se qualifier pour la Coupe du monde de 2006 en marquant contre la Turquie. Droit du sang Alors qu'il est de plus en plus difficile d'obtenir un passeport suisse (le nombre de naturalisations a chuté de 38 000 en 2006 à 25 000 en 2012), le football helvétique devient de plus en plus cosmopolite. Il est...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant