Coupe du monde 2014 : Chili, une équipe qui pique

le
0
Le Chili, version Jorge Sampaoli, est plus agressif et audacieux que jamais.
Le Chili, version Jorge Sampaoli, est plus agressif et audacieux que jamais.

Le Chili vit une histoire solide avec la Coupe du monde. Un peu comme l'ami d'enfance pas assez beau pour être un courtisan, mais suffisamment fiable pour que l'on fasse appel à lui pour jouer l'épaule réconfortante. Le Chili, c'est déjà huit phases finales, dont la première en 1930. Le Chili, c'est une demi-finale en 1962, année où le pays organise le Mondial, deux ans après l'un des plus terribles séismes de l'histoire avec une magnitude de 9,5. Le Chili, c'est le duo d'attaque Salas-Zamorano qui a bien fait des misères à l'Italie en 1998 (match nul 2-2). Et plus récemment, le Chili, c'est l'une des rares équipes qui a inquiété l'Espagne par le jeu (et non pas en se recroquevillant en défense) au dernier Mondial lors des huitièmes de finale.

"Bien sûr, le Chili est un prétendant au Mondial ! Nous serons compétitifs et nous n'allons pas changer la façon dont nous jouons. Pas question de s'adapter aux adversaires, mais bien d'en vouloir plus qu'eux, les surpasser dans l'esprit. On évitera les mano a mano, notre idée est de surprendre les adversaires avec notre style." Quand le sélectionneur Jorge Sampaoli disait ces mots à la presse anglaise en novembre dernier, ce n'était ni du culot ni de l'insouciance. Sa sélection venait d'infliger un cinglant 2-0 à l'Angleterre dans le stade de Wembley.

Gagner ou mourir. Le Chili joue la victoire, et rien d'autre. Cette philosophie instaurée par le coach argentin a fait renaître la sélection...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant