Coupe des confédérations : triomphe du Brésil (3-0), violences autour du stade

le
0
Coupe des confédérations : triomphe du Brésil (3-0), violences autour du stade
Coupe des confédérations : triomphe du Brésil (3-0), violences autour du stade

La Coupe des confédérations s'est terminée en apothéose pour le Brésil, qui a terrassé l'Espagne championne du monde (3-0), dimanche soir, dans une ambiance de folie au stade Maracana de Rio. La Seleçao remporte ainsi la compétition pour la troisième fois de suite et prend surtout date pour le Mondial-2014.

Un doublé de Fred (2e et 47e) et un but du jeune prodige Neymar (44e) ont permis aux Brésiliens de conforter leur statut de favori pour ce Mondial à domicile. Ils ont ainsi stoppé la série record d'invincibilité de l'Espagne (29 matches de compétition), qui n'a toujours pas réussi à remporter la Coupe des Confédérations.

Jamais le vainqueur de la «Coupe des Conf'» n'a gagné la Coupe du monde qui s'ensuit. Mais cette superstition était bien éloignée des quelque 73.000 coeurs brésiliens massés dans le mythique stade de Rio de Janeiro, qui ont connu une fête dépassant leurs plus folles espérances.

Le scénario fut un calvaire pour la Roja espagnole, qui a encaissé des buts en fin de première période et au début de la seconde, raté un penalty, tiré à côté par Sergio Ramos (55e), et pris un carton rouge pour Piqué (68e) ! Le public, chambreur, s'est alors mis à scander le nom de la chanteuse vedette Shakira, compagne de ce dernier, présente au stade !

VIDEO. Le Brésil écrase l'Espagne (3-0)

A l'occasion de cette finale, Neymar a été désigné comme le meilleur joueur de la Coupe des confédérations devant l'espagnol Andrés Iniesta. «Le Brésil doit se faire respecter à la maison», avait prévenu le sélectionneur Luiz Felipe Scolari. Le rendez-vous est pris pour le 13 juillet 2014, jour programmé de la prochaine finale de la Coupe du monde.

Des heurts violents à l'extérieur

La victoire du Brésil face à l'Espagne (3-0) a été ternie hors du stade par des affrontements entre manifestants radicaux et la police. Le tournoi s'est achevé comme il avait commencé : la fronde sociale a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant