Coupe de la Ligue: Rennes veut chasser son spleen

le
0
DÉCEPTION DU CÔTÉ DU STADE RENNAIS
DÉCEPTION DU CÔTÉ DU STADE RENNAIS

par Olivier Guillemain

SAINT-DENIS, Seine-Saint-Denis (Reuters) - Les Rennais sont repartis samedi soir du Stade de France têtes basses et visages fermés après leur défaite en finale de la Coupe de la Ligue. Mais promis, ils feront tout pour sauver cette saison compliquée.

En s'inclinant contre Saint-Etienne (1-0), les Bretons ont manqué une accession directe pour la Ligue Europa la saison prochaine.

Englués à la dixième place de la Ligue 1 à six journées de la fin, les Bretons n'ont plus qu'un espoir ténu d'être Européens, d'autant plus qu'ils n'ont plus gagné le moindre match depuis plus de deux mois.

Mais pour son entraîneur Frédéric Antonetti, le Stade Rennais fera tout pour ne pas terminer cette saison en roue libre.

"Il faut essayer de bien terminer, d'être professionnel jusqu'au bout. Il faut le faire pour le public rennais qui le mérite. Les supporters méritent d'avoir une récompense", a-t-il expliqué en conférence de presse.

"C'est vrai qu'il reste six matches, que les conditions sont difficiles mais cela fait partie du métier. Il faut faire face, être dignes et essayer de bien terminer notre saison. Ce sera le mot d'ordre", a ajouté le technicien corse.

Le gardien rennais Benoît Costil avait quant à lui un goût amer dans la bouche au moment de s'exprimer devant les médias, un exercice d'ailleurs boudé par la plupart de ses coéquipiers.

"S'ACCROCHER JUSQU'AU BOUT"

"Il y a beaucoup de regrets ce soir car c'était jouable. Maintenant, c'est à nous de sauver le club définitivement car pour l'instant, on n'a que 42 points", a-t-il dit avec un brin d'ironie.

"Il va falloir qu'on se remette à gagner des matches et s'accrocher jusqu'au bout", a-t-il ajouté.

Quatre ans après sa défaite en finale de la Coupe de France contre l'En avant de Guingamp, le club breton a encore vu un trophée lui échapper samedi soir. Une habitude depuis maintenant 42 ans.

Malgré cette spirale de l'échec, Frédéric Antonetti a tenu à mettre en avant le projet rennais et les difficultés rencontrées cette saison, notamment la perte mi février de l'un de ses meilleurs éléments, Romain Alessandrini.

"Il aurait fallu toutes nos armes. Dès qu'il nous manque des joueurs, c'est difficile. Avec notre vraie équipe, on aurait pu rivaliser", a-t-il regretté.

"A la clé, il n'y a pas de trophée mais il y a un club qui fonctionne bien. Il faut persévérer. Rennes a le mérite d'être là", a-t-il ensuite estimé.

"Nos adversaires du soir, qui sont dans une bonne passe, ont regardé Rennes pendant dix ans en les enviant. Il ne faut pas résumer le Stade Rennais à un match, à cette finale. Il y a deux ans, si je ne trompe pas, Saint-Etienne jouait le maintien", a-t-il conclu.

Edité par Simon Carraud

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant