Coupe de la Ligue: l'OM digère mal l'arbitrage

le
0

PARIS (Reuters) - L'entraîneur de l'Olympique de Marseille, Elie Baup, a vitupéré mercredi soir contre l'arbitrage du huitième de finale de Coupe de la Ligue face au PSG qui a fait, selon lui, basculer la rencontre en faveur des Parisiens (2-0).

Peu avant la demi-heure de jeu, l'arbitre a sanctionné une faute de Rod Fanni sur Guillaume Hoarau par un carton rouge infligé au défenseur central, assorti d'un penalty aussitôt converti par Thiago Silva (29e).

L'OM a encaissé un second but en deuxième période, signé Jérémy Ménez (50e). Et laissé filer par la même occasion un titre dont le club s'était fait une spécialité puisqu'il en était le triple tenant.

"C'était une décision qui a fait basculer le match en notre défaveur", a estimé Elie Baup en conférence de presse, au sujet de la double sanction en première période.

Visage fermé, le technicien n'a cessé, devant les journalistes, de s'en prendre à cette "double peine" qu'il a jugée "incompréhensible" et "rageante".

"J'ai appris quelque chose: une faute commise en dehors de la surface peut être sanctionnée par un penalty. La faute a lieu en dehors. Après on s'est retrouvé à dix et c'est devenu plus compliqué."

L'absence de l'attaquant André-Pierre Gignac, sur un nuage au début de la saison avant de se blesser, a donc moins pesé dans la balance que les décisions arbitrales, si l'on en croit Elie Baup.

"Aujourd'hui, (l'absence de Gignac) n'est pas le problème, c'est le fait d'avoir joué à dix contre douze."

Dès sa sortie du vestiaire, le principal intéressé, Rod Fanni, a fait écho aux critiques formulées par son entraîneur.

"Je me pose beaucoup de questions sur l'arbitrage de ce soir. A onze contre onze, cela aurait été un match différent... Mais ce ne sont que des si", a estimé Rod Fanni.

Les Parisiens, quant à eux, se sont nettement moins indignés.

"Le penalty n'est pas sévère car il faute dans la surface. Et sur la physionomie du match, on mérite de gagner", a estimé le milieu de terrain Mohamed Sissoko.

Olivier Guillemain, avec Simon Carraud, édité par Hélène Duvigneau

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant