Coupe de France: pour Bordeaux, c'est deux fois Troyes

le
0
BORDEAUX, C'EST DEUX FOIS TROYES
BORDEAUX, C'EST DEUX FOIS TROYES

par Claude Canellas

BORDEAUX (Reuters) - Bordeaux, huitième de la Ligue 1, mise désormais sur la Coupe de France pour se qualifier pour la Ligue Europa mais il lui faudra d'abord s'imposer mardi en demi-finale face à Troyes, qu'il retrouvera ensuite samedi en championnat.

La double confrontation face aux joueurs de Jean-Marc Furlan, conséquence du report d'une semaine de la demi-finale en raison des intempéries dans l'Aube, n'aura pas la même saveur pour les deux équipes.

Pour les Girondins, soulever le trophée permettrait de sauver une saison décevante et leur donnerait un nouveau ticket pour la Ligue Europa dont ils ont disputé cette saison les huitièmes de finale.

Mais Bordeaux ne doit pas mettre la charrue avant les boeufs et avant de penser à affronter Evian Thonon-Gaillard déjà qualifié pour la finale après avoir battu Lorient 4-0 la semaine dernière, il faudra tout miser sur le match de mardi.

Bordeaux s'y est préparé de la meilleure des façons en s'imposant samedi face à Nancy (3-2).

"C'est sûr que c'est mieux de gagner. On menait 2 à 0 face à Nancy, on se fait rejoindre et si on ne marque pas le troisième, c'est sûr que mentalement, c'est plus difficile. On finit sur une bonne note, sur un match gagné. Pour la dynamique c'est beaucoup plus intéressant", a estimé après le match l'entraîneur Francis Gillot en conférence de presse.

"JAMAIS AUSSI PRÈS"

Par ailleurs, un deuxième succès dimanche dans l'Aube mettrait les Bordelais dans les meilleurs conditions pour tenter d'atteindre l'objectif minimal annoncé qui était de terminer à la septième place de la L1.

Dans le même temps, Troyes s'est imposé 1-0 à Ajaccio et, malgré leur 19e place, le club champenois entrevoit une possibilité de sauver leur place dans l'élite. Un succès samedi face à Bordeaux est dans cette optique indispensable.

Pourtant, côté troyen, il n'est pas vraiment question de faire un choix même si dans un premier temps Jean-Marc Furlan avait déclaré après le succès en Corse que "la priorité était le championnat".

"Je reste très réaliste car on n'a pas encore le bon dossard, le bon classement, et puis il y a le match de Coupe qui nous donne tellement d'espoir", a dit à la presse le technicien de Troyes.

"Maintenant à savoir si on aura assez de fraîcheur physique pour affronter Bordeaux... On verra mais c'est vrai qu'on n'a jamais été aussi près du stade de France."

Côté bordelais Francis Gillot souligne que son équipe est "concentrée" et que "peu importe l'équipe qu'on a en face, il faut passer".

L'entraîneur bordelais devrait pouvoir compter sur tout son effectif. Son homologue sera privé de son meneur de jeu Benjamin Nivet, suspendu.

Edité par Chrystel Boulet-Euchin

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant