Coupe de France : Monaco élimine Marseille en prolongations, après un match fou

le
0
Coupe de France : Monaco élimine Marseille en prolongations, après un match fou
Coupe de France : Monaco élimine Marseille en prolongations, après un match fou

Ce devait être le match du rachat. L'occasion de se faire un peu pardonner, après la gifle reçue contre le PSG. Au lieu de ça, c'est de nouveau avec la tête baissée que l'OM a quitté le Vélodrome, mercredi soir. Pas pour les mêmes raisons, non. Il n'a cette fois pas pris de raclée, c'est à souligner. Et c'est justement pour cela qu'il peut nourrir des regrets.

Contre Monaco, Marseille a réussi l'exploit de revenir au score à trois reprises. Mais il a aussi réussi celui de prendre quatre buts. Au terme d'une rencontre épuisante, il a craqué une fois de trop, et confirmé un fâcheux constat : l'OM, contre les gros, ne l'emporte quasiment jamais.

 

«Ce soir pas d'animation après cette humiliation»

Les Olympiens avaient pourtant à cœur de se rattraper. Car si l'ASM s'est présentée au Vélodrome, c'est bien le PSG qui occupait les esprits. Et quelques banderoles, aussi. À l'entrée des joueurs, le virage Sud n'a pas manqué de faire passer son message : «Ce soir pas d'animation après cette humiliation. Un seul mot d'ordre, la qualification.»  

Pour y parvenir après avoir pris cinq buts, Garcia avait d'abord privilégié la sécurité en jouant à cinq défenseurs, et en reléguant Rod Fanni, à la rue contre Paris, sur le banc.

Le projet de jeu était clair : l'OM devait rester solide et tenter de marquer en contre. Pendant 19 minutes, Marseille a fait preuve d'une certaine application, a pressé de manière intelligente et coordonnée, tandis que Florian Thauvin se chargeait d'orchestrer les offensives.

Mais voilà. Cela n'aura duré que dix-neuf minutes, donc, et après la faillite collective de dimanche, c'est avec une erreur individuelle, et encore sur coup de pied arrêté, que l'OM s'est d'abord tiré une balle dans le pied. Une belle boulette du gardien Pelé - peu aidé par son mur - qui a plongé les siens dans le doute au plus mauvais moment.

On a alors cru au pire. Comme contre le PSG, Marseille a d'abord perdu le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant