Coupe de France: Marseille a la gueule de bois

le
0
L'OM A LA GUEULE DE BOIS
L'OM A LA GUEULE DE BOIS

MARSEILLE (Reuters) - Marseille s'est réveillée avec la gueule de bois mercredi au lendemain d'une nouvelle défaite de l'OM, la septième de rang ce qui constitue une triste première dans la longue histoire du club.

Le dernier revers enregistré face aux amateurs de l'US Quevilly en quart de finale de la Coupe de France est en outre le plus dur à avaler de la soirée.

"Il y a un sentiment de honte, c'est quelque chose qui a du mal à passer", a reconnu l'entraîneur, Didier Deschamps, après la défaite 3-2 après prolongations contre le 16e de National.

"C'est une faute professionnelle. On devait passer et on ne l'a pas fait", a ajouté le défenseur Souleymane Diawara.

La qualification en quarts de finale de la Ligue des champions face à l'Inter Milan ne suffit plus désormais à cacher les carences d'une équipe qui s'est épuisée à courir derrière trop d'objectifs, Ligue 1, coupe de la Ligue, coupe de France et coupe d'Europe.

Marseille a craqué sur la route d'une ambition démesurée par rapport à un effectif qualitativement et quantitativement trop limité.

"MOINS D'ESSENCE"

"Ceux qui étaient sur le banc n'étaient pas aptes à débuter le match. Les organismes ont été très sollicités", reconnaît Didier Deschamps. "On manque de lucidité et de justesse car on a moins d'essence dans le moteur".

Sorti sans gloire donc de la coupe de France et à la dérive en championnat où il pointe à 11 points de la 3e place qualificative pour la Ligue des champions, l'OM commence à entrevoir le pire: une saison blanche l'an prochain sans aucune compétition européenne pourtant indispensable à ses finances.

Personne dans la cité phocéenne n'imagine vraiment Marseille s'imposer en Ligue des champions. La seule issue reste donc une victoire en coupe de la Ligue, le 14 avril, au stade de France, face à Lyon, qui pourrait aussi jouer son avenir européen sur ce match.

D'ici là, le plus turbulent des clubs français devra éviter l'une de ces crises en coulisses dont il est coutumier.

L'OM devra surtout retrouver le collectif et le jeu qui lui permettront de reprendre confiance dans son destin. Cela passe par une réaction d'orgueil, dès samedi à Nice en Ligue 1.

"Rien ne va, on a tous la tête dans le sac. On va se parler. Il y a de quoi être inquiet, il faut vite redresser la barre", souligne Souleymane Diawara. "L'objectif est de vite renouer avec la victoire".

Jean-François Rosnoblet, édité par Jean-Paul Couret

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant