Coupe de France: le PSG récidive contre l'OM, en mieux

le
0
LE PSG DOMINE ENCORE L'OM
LE PSG DOMINE ENCORE L'OM

par Olivier Guillemain

PARIS (Reuters) - Trois jours après avoir battu l'OM en championnat, le Paris Saint-Germain a récidivé mercredi en huitième de finale de la Coupe de France en signant une victoire sur le même score mais cette fois-ci plus sereine et pleine d'autorité (2-0).

Le PSG, invaincu cette saison contre Marseille, s'est imposé grâce à un doublé de Zlatan Ibrahimovic (34e et 64e) qui a marqué là, dans son jardin du Parc des Princes, ses 25e et 26e buts de la saison.

Mal payé dimanche soir en Ligue 1, l'OM ne pourra nourrir aucun regret en revoyant sa prestation timide de mercredi tant sa troisième défaite d'affilée face à son "meilleur ennemi" ne pourra souffrir d'aucune contestation.

"Nous avons livré un meilleur match que dimanche. C'était un match différent. Marseille avait une stratégie différente, plus regroupé derrière (...) C'était donc plus facile pour nous d'avoir le ballon. On a été plus costaud, plus agressif et le match a été maîtrisé", a souligné l'entraîneur parisien Carlo Ancelotti en conférence de presse.

Son homologue marseillais Elie Baup a reconnu la supériorité du PSG sur ces trois jours, tout en regrettant d'avoir dû revenir au Parc des Princes, comme en huitièmes de finale de la Coupe de la Ligue en octobre.

"Ce sont deux défaites sur le même score. On avait déjà connu ça en Coupe de la Ligue. C'est un peu le tarif ici. Je regrette qu'on n'ait pas eu la chance d'avoir une confrontation au Vélodrome", a-t-il dit.

"Au final, le football ne retient que le résultat. A ce titre, faut saluer la performance du PSG sur les deux matches (...) On n'a pas été assez tranchants dans les zones de finition."

Dès les premières minutes de la rencontre, les Parisiens ont pris les commandes du jeu et mis la pression sur des Marseillais beaucoup plus timorés que dimanche.

Les hommes d'Ancelotti ont testé la défense olympienne pendant l'essentiel de la première demi-heure de jeu jusqu'à ce que celle-ci finisse par craquer.

FIN DE MATCH TENDUE

Et comme souvent cette saison, le détonateur fut Zlatan Ibrahimovic, même s'il a été quelque peu éclipsé en première période par la prestation de haute volée de son nouveau partenaire David Beckham, salué par Carlo Ancelotti.

"Il a beaucoup de choses qu'il peut apporter, sa qualité de passe, la bonne position sur le terrain, l'expérience, l'agressivité. Je pense qu'il n'a pas montré qu'il a 37 ans ce soir", a souligné l'Italien.

La clé est cependant venue de l'attaquant suédois qui s'est réveillé à la 34e minute pour inscrire son quatrième but contre l'OM cette saison.

Lancé dans la profondeur par Clément Chantôme sur une ouverture d'une trentaine de mètres, l'ancien joueur du Milan AC s'est d'abord lancé dans un sprint infernal, puis débarrassé de Lucas Mendes pour tromper Steve Mandanda d'une frappe tendue entre les jambes.

Au retour des vestiaires, l'OM s'est révolté sur une belle frappe cadrée d'André-Pierre Gignac (51e) mais très vite, les hommes d'Elie Baup ont à nouveau abandonné la possession de balle, dans un scénario complètement opposé à celui de dimanche.

Et la punition n'a pas tardé à venir. Après plusieurs alertes sur le but de Steve Mandanda, dont un sauvetage sur la ligne de Gignac sur une tête de Mamadou Sakho, la défense olympienne a à nouveau craqué, cette fois-ci nerveusement.

A la lutte dans la surface de réparation avec Ibrahimovic, Jérémy Morel a accroché le Suédois qui avait réussi à l'éliminer. La sanction fut immédiate: penalty.

Et comme Ibrahimovic aime se faire justice lui-même, c'est d'un plat du pied assuré qu'il a trompé Mandanda pour la deuxième fois de la soirée (64e), la cinquième en trois matches contre l'OM cette saison.

Sereins et toujours aussi dominateurs, les Parisiens ont géré leur résultat jusqu'au coup de sifflet final, malgré une fin de match tendue, émaillée par quelques accrochages physiques entre joueurs.

Edité par Gregory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant