Coupe de France: le PSG et l'OM seront présents en quarts

le
0

PARIS (Reuters) - Le Paris Saint-Germain, sans briller à Dijon (1-0), et l'Olympique de Marseille avec la manière à domicile contre Bourg-Péronnas (3-1), ont décroché mercredi leur billet pour les quarts de finale de la Coupe de France.

Grâce à leurs succès, les deux ennemis jurés du championnat de France rejoignent ainsi Rennes, Lyon, Valenciennes, Montpellier et le Gazélec d'Ajaccio.

Le tirage au sort des quarts de finale de la compétition aura lieu dimanche malgré un dernier match encore à jouer, mardi prochain, entre Quevilly et Orléans.

Si la victoire de l'OM peut être qualifiée de logique, compte tenu des trois divisions qui le séparaient de son adversaire du soir au coup d'envoi de la rencontre, celle du PSG, acquise à l'extérieur, a pris un petit goût de revanche malgré une prestation en demi-teinte.

Eliminés en huitièmes de finale de la Coupe de la Ligue fin octobre par Dijon (3-2), après avoir mené 2-0, le club de la capitale a mis en effet un point d'honneur à laver cet affront subi en octobre.

Les Parisiens se sont d'ailleurs mis très vite à l'abri, avec un premier but inscrit à la suite d'une erreur du portier bourguignon dont a su profiter Nenê.

Sollicité sur une passe en retrait, le gardien togolais Baba Tchagouni s'est d'abord fait surprendre par le pressing haut de l'attaquant brésilien, avant de manquer son crochet et de permettre à Nenê de marquer son 17e but de la saison.

Avec un effectif largement remanié en vue du choc de dimanche au Parc des Princes contre Montpellier entre les deux premiers de la Ligue 1, le club de la capitale a par la suite géré son avance jusqu'à la mi-temps, sans forcer son talent.

Inhibés depuis le début de la rencontre, les Dijonnais se sont rebellés en deuxième période avec notamment deux frappes dangereuses de l'ancien Havrais Brice Jovial (64e et 71e).

Avec un déchet technique trop important aux abords de la surface adverse, notamment de la part de Jérémy Ménez, les hommes de Carlo Ancelotti n'ont pas toujours joué juste et ont serré les lignes jusqu'au coup de sifflet final.

BRANDAO S'OFFRE UN DOUBLÉ

A plusieurs centaines de kilomètres de là et un peu plus tôt dans la soirée, le scénario de l'autre huitième de finale fut tout autre, notamment grâce à Brandao, en état de grâce depuis son retour en France mi-janvier.

Contraints de jouer pour des raisons météorologiques à Marseille et non à Saint-Etienne, comme initialement prévu, les Bressans n'ont pas fait illusion longtemps dans un stade Vélodrome aux trois quarts vide et balayé par le mistral.

Dès la 28e minute, les olympiens ont pris l'avantage grâce à un but de Brandao, à la réception d'un centre parfait du latéral droit espagnol Cesar Azpilicueta.

Juste avant la mi-temps (45e+2), l'attaquant brésilien a inscrit son cinquième but en six matches pour l'OM depuis son retour d'exil forcé dans son pays natal.

Mis en examen pour viol le 9 mars 2011, Brandao avait quitté dans la foulée Marseille pour se faire prêter au Brésil. Confronté à des problèmes de trésorerie et à de nombreuses absences dans le secteur offensif, le club phocéen a décidé de le faire revenir lors du mercato d'hiver.

Au retour des vestiaires, les hommes de Didier Deschamps ont fait mieux que gérer leurs deux buts d'avance en marquant une nouvelle fois, cette fois-ci par l'intermédiaire de Jordan Ayew (54e), d'une frappe déclenchée aux abords de la surface qui s'est logée au ras du poteau droit.

En fin de match, les joueurs de CFA ont sauvé l'honneur en inscrivant un but heureux signé Ousman Diaby (78e), qui à la suite d'un coup franc contré est venu tromper de près le portier marseillais d'un soir, Gennaro Bracigliano.

Olivier Guillemain, édité par Eric Faye

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant