Coupe de France : la soirée des surprises

le
0
Coupe de France : la soirée des surprises
Coupe de France : la soirée des surprises

En termes de surprise, les 16e de finale de la Coupe de France avaient commencé sur les chapeaux de roues, mardi soir. Pendant que Sochaux, Ajaccio et Bastia étaient éliminés par des équipes de Ligue 2, l'Olympique de Marseille était humilié par une équipe bis de Nice... Mais ce mercredi, c'est la stupéfaction dans le foot français. Le PSG a été battu sur sa pelouse face à Montpellier, au terme d'une rencontre accrochée, où Paris a dominé sans concrétiser. Mais les Montpelliérains n'ont pas été les seuls à créer l'exploit. Moulins (CFA) a sorti Toulouse tandis qu'Ile Rousse (CFA2) a éliminé Bordeaux. Finalement, seuls Monaco et Lyon, vainqueurs de Chasseley et Yzeure ont respecté la logique.

Toulouse battu par Moulins 1-2

L'AS Moulins, 3e du groupe B de CFA (4e div.) s'est qualifiée pour la première fois de son histoire pour les 8es de finale de la coupe de France après avoir battu Toulouse 2 à 1, mercredi à Moulins. Le club auvergnat, qui disputait pour la seconde année consécutive un 16e de finale, avait été éliminé par Bordeaux, en 32e, la saison dernière (2-1). Le TFC avait pourtant plutôt bien débuté la rencontre et fait preuve de réalisme en ouvrant la marque sur un but de Eden Ben Basat d'une frappe du gauche après avoir été lancé en profondeur (31). L'AS Moulins a ensuite bien réagi pour prendre progressivement le contrôle du match notamment après la pause en se montrant supérieure dans l'entrejeu.

L'attaquant Sébastien Da Silva a inscrit les deux buts de l'ASM. Il a égalisé dès le début de la seconde période en coupant au premier poteau un centre délivré par Pierre Ruffaut (1-1, 46) avant de porter le score à 2-1 en toute fin de partie en profitant d'un cafouillage devant le but toulousain (87). Dans les derniers instants de la rencontre, un but était refusé à Wissam Ben Yedder pour un hors jeu (90) alors que le gardien auvergnat Julien Chaumet était décisif sur deux parades pour ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant