Coupe de France: Epinal continue sur sa lancée

le
0

PARIS (Reuters) - Epinal, club de troisième division, s'est offert mardi le scalp d'un nouveau club professionnel, Nantes, au bout de la séance de tirs au but (4-3, 1-1 après prolongation) et a gagné sa place en huitièmes de finale de la Coupe de France, une première.

Les amateurs d'Epinal avaient éliminé au tour précédent l'Olympique lyonnais, tenant du titre, déjà aux tirs au but.

Mende, plus habitué à évoluer en Division d'honneur régionale (DHR), le huitième échelon du football français, n'a en revanche pas réussi d'exploit face au Havre, club de Ligue 2, qui s'est imposé sur le score de 3-0.

La hiérarchie a également été respectée pour trois clubs de l'élite, Lorient, Troyes et Evian, qui ont éliminé respectivement Sedan, dernier de Ligue 2 (1-0), Fontenay-le-Comte en CFA (5-0) et Vertou, club de CFA 2 (2-0).

Pas intimidés par le palmarès de Nantes, ni par sa deuxième place en Ligue 2, les Spinaliens ont continué à défier la logique sportive un peu plus de deux semaines après avoir dominé Lyon. Jamais ils n'avaient voyagé aussi loin en Coupe de France.

Ils peuvent remercier le buteur de la soirée, Judicaël Crillon et peut-être plus encore le gardien Olivier Robin qui a réalisé deux arrêts décisifs au cours de l'ultime séance de tirs au but.

LES NERFS DES BUTEURS

"On va encore mettre du temps à réaliser qu'on a fait un exploit", a réagi Olivier Robin, comme abasourdi au micro d'Eurosport juste après son arrêt sur le cinquième et dernier tir au but nantais.

Le gardien amateur a joué avec les nerfs de ses vis-à-vis en leur tournant ostensiblement le dos jusqu'à la dernière seconde sur la plupart des tirs au but. Mais il a refusé l'étiquette de héros, préférant souligner devant les caméras "la victoire d'une ville".

Et cette victoire était d'autant moins attendue que les Nantais leur ont asséné un coup de massue en égalisant dans les toutes dernières secondes du temps réglementaire par Filip Djordjevic à la suite d'un long ballon en profondeur.

Sauvés par le poteau quelques minutes auparavant, les Spinaliens ont malgré tout résisté. En dépit des signes de fatigue de plus en plus visibles à mesure que le match s'étirait.

"C'est vrai que, quand on prend un but à la 93e quasiment sur la dernière occasion, c'est difficile de ne pas plonger mentalement (...) Ils sont allés chercher au fond d'eux mêmes", a estimé leur entraîneur, Fabien Tissot sur Eurosport.

Epinal connaîtra jeudi soir le nom de son futur adversaire à l'issue du tirage au sort des huitièmes de finale.

Au moins trois clubs de Ligue 1 disparaîtront du tableau mercredi, après les chocs entre le Paris Saint-Germain et Toulouse, Nice et Nancy, ainsi qu'entre Montpellier et Sochaux.

Le match Rouen-Marseille, initialement prévu mardi, a été reporté sur décision de la préfecture de Seine-Maritime en raison de l'émanation de gaz à l'usine rouennaise Lubrizol.

Simon Carraud, édité par Jean-Philippe Lefief

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant