Coupe de France, 8es de finale : Monaco se reprend, Guingamp se fait peur

le
0
Coupe de France, 8es de finale : Monaco se reprend, Guingamp se fait peur
Coupe de France, 8es de finale : Monaco se reprend, Guingamp se fait peur

Monaco, même diminué par les blessures, s'est logiquement qualifié pour les quarts de finale de la Coupe de France après sa victoire sur Rennes (3-1), mercredi soir au Stade Louis-II.

Sur un corner, Touré, lâché au marquage par Ntep, ouvrait la marque de la tête (1-0, 10). Un vrai coup gagnant pour sa première titularisation en professionnel. Fort de ce rapide but d'avance, Monaco était libéré. Et la minute suivante, sur un coup-franc excentré et rentrant de Ferreira Carrasco, c'est le Brésilien Wallace, devançant Danzé dans son duel aérien, qui, de la tête, ouvrait son compteur but en Principauté (2-0, 11).

Les Rennais parvenaient à recoller avant la pause dans un match bien plus ouvert que l'entame aurait pu laisser supposer. Sur un centre de Danzé légèrement dévié par Echiejile, Pedro Henrique devançait Abdennour pour placer une magnifique tête décroisée qui lobait le 1,97 mètre de Stekelenburg (2-1, 34).

Pas à l'abri d'un retour breton, Monaco débutait la seconde période avec la conviction qu'il fallait encore marquer. Comme son adversaire se trouvait dans les mêmes dispositions, la partie devenait alerte. Mais c'est Martial, très en jambes, qui va se distinguer. Côté droit, il passait Armand avant d'être déséquilibré par Gelson dans la surface. Du plat du pied droit, l'international espoir prenait Costil à contre-pied sur le pénalty obtenu (3-1, 67). Il pouvait sortir sous les applaudissements (87). Il avait permis à Monaco, malgré de nombreuses absences, de passer en quart de finale.

#Monaco - #Rennes #But de #Martial sur #penalty ! [3-1] https://t.co/LQnPwkaPQJ-- Top?Bet (@TopBetPronos) 11 Février 2015

Un destin que n'a pas connu Yzeure, qui à vingt secondes près, était au paradis. Mais c'est finalement Guingamp qui verra les quarts. Le tenant de l'épreuve a longtemps tremblé et ces frissons sont autant de lauriers pour le petit club de CFA. Mais la morsure des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant