Coupe de France (4eme tour) : Quand la magie de la Coupe disparait...

le
0
Coupe de France (4eme tour) : Quand la magie de la Coupe disparait...
Coupe de France (4eme tour) : Quand la magie de la Coupe disparait...

Ce n’est pas seulement au niveau professionnel que les supporters posent problème. Pour un 4eme tour de Coupe de France, un club de PHR (8e division) a dû se résoudre à ne pas disputer la rencontre sur son terrain. Récit.

DE NOTRE CORRESPONDANT A LYON Union Sportive Millery-Vourles. Un club amateur de football dans le sud du Rhône, à 15 minutes de Lyon. L’histoire était belle. L’USMV a tiré le gros lot au tirage au sort du 4eme tour de la Coupe de France : Grenoble Foot 38 (CFA). Un adversaire prestigieux que les Rhodaniens se faisaient un plaisir d’accueillir. Mais le club a vite déchanté. Car ces dernières saisons, de nombreux problèmes sont survenus avec certains supporters grenoblois. Plusieurs bagarres ont éclaté entre « fans » lyonnais et grenoblois dans la région lors de rencontres autour de Lyon (Saint-Priest notamment en 2014). Depuis, des interdictions de déplacement sont régulièrement prononcées contre les fans de Grenoble. Une situation ubuesque pour un club évoluant au 4eme niveau national. « Un groupe d’une cinquantaine de personnes pose des problèmes régulièrement ces dernières années. Même à Mulhouse en championnat la saison passée », explique Gilles Romeu, responsable de la sécurité à la Ligue Rhône-Alpes. Le principal groupe de supporters du GF38 a d’ailleurs réagi dénonçant des « exigences sécuritaires hors normes et délirantes ». « Aucun incident n’est à déplorer ces dernières années dans ce genre de rencontre », peut-on lire sur le communiqué des Red Kaos 1994. Aucune solution n’a été trouvée pour régler le problème à ce jour.

2000 euros à la charge du club amateur

Pour cette rencontre, la Ligue a donc informé les responsables du club que le match sera classé à risque avec possibilités de débordements. Et donc que Millery-Vourles devra prendre en charge un dispositif impressionnant pour recevoir les Isérois : sept stadiers, des sanitaires et une buvette (uniquement pour les Grenoblois) ainsi que des grandes barrières pour parquer les supporters adverses. La gendarmerie devra également être présente en nombre au stade de la Freydière de Millery. « On était prêt à faire des efforts et à s’investir pour la sécurité. Mais on s’est dit que ça devenait trop lourd financièrement et trop compliqué à mettre en place. On aurait pu faire payer l’entrée au stade mais ce n’est pas notre vision du monde amateur », souffle Patrick Saucillon, président adjoint du club. Coût total des frais ? Près de 2000 euros à la charge exclusive de l’USMV. Une somme trop importante pour un 4eme tour de Coupe de France qui ne rapporte rien (les primes commencent au tour suivant). Et la Ligue Rhône-Alpes ou la FFF dans tout ça ? « C’est vraiment embêtant qu’il n’ait pas réuni Grenoble et nous pour nous organiser. On nous a dit qu’on devait se débrouiller, que c’était au club receveur de tout prendre en charge », s’étonne Saucillon. « Cela n’aurait pas servi à grand-chose. Grenoble ne peut pas gérer ses supporters. On n’a pas d’autre solution. Mais je comprends le sentiment d’injustice », répond Romeu. Le club lyonnais a même évoqué la possibilité de déclarer forfait pour marquer le coup et montrer sa désapprobation. Sans effet.

Les supporters grenoblois ne voulaient pas venir

L’USMV est donc contraint et forcé d’inverser la rencontre pour aller jouer samedi à Grenoble. « Encore, si ça avait été au Stade des Alpes, on aurait découvert un grand stade. Cela aurait été une belle expérience. Mais le club de rugby réquisitionne le stade. On doit donc aller jouer dans l’ancien stade des rugbymen de Grenoble… », se désespère Olivier Dumas, l’entraîneur de Millery-Vourles. « Tout le monde parle de l’esprit Coupe de France à la télévision, de partout. Mais pour nous, la fête est gâchée, surenchérit Patrick Saucillon. On a déjà accueilli Valence et MDA Chasselay (CFA) ici et tout s’était bien déroulé. On n’a jamais eu de problèmes. Pourtant les supporters de Valence étaient réputés pour être chauds. Mais on avait très bien géré ». Et le pire dans tout ça ? Le président du plus gros groupe de supporters grenoblois a assuré qu’ils ne viendraient pas dans le Rhône… « C’est triste d’en arriver là pour un tel match ». Mais la Ligue a bien prévenu le club de la possibilité de débordements. « Les règlements sont fait ainsi. On est obligé de prendre cette option mais c’est un peu le serpent qui se mord la queue. Quand on prend ces mesures, il n’y a pas d’incidents (ndlr : forcément puisque généralement les « petits » clubs sont obligés d’inverser les rencontres). Donc le préfet n’a aucune raison de prononcer une interdiction de déplacement contre les supporters », regrette le responsable de la sécurité de la Ligue Rhône-Alpes. On est bien loin de la fameuse magie de la Coupe de France. Surtout pour la 100eme édition…
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant